L'annonce, en février, des résultats de l'exercice 2019, a été suivie début avril d'un rapport intermédiaire consacré à la crise. Dont les répercussions sont demeurées limitées, car aucun des 12 sites de production n'a fermé - le groupe belge compte parmi les industries essentielles. Le communiqué de presse fait état d'une baisse de 10% du chiffre d'affaires (CA) consolidé. Les ventes au secteur out-of-home (l'horeca, globalement) et aux compagnies aériennes restent sous pression.
...

L'annonce, en février, des résultats de l'exercice 2019, a été suivie début avril d'un rapport intermédiaire consacré à la crise. Dont les répercussions sont demeurées limitées, car aucun des 12 sites de production n'a fermé - le groupe belge compte parmi les industries essentielles. Le communiqué de presse fait état d'une baisse de 10% du chiffre d'affaires (CA) consolidé. Les ventes au secteur out-of-home (l'horeca, globalement) et aux compagnies aériennes restent sous pression.Il faudra attendre la publication des résultats semestriels, le 14 août, pour savoir à quel point le confinement aura pesé sur la croissance du groupe mais par rapport aux autres entreprises cotées sur Euronext Bruxelles, les dégâts devraient être limités. Rappelons d'ailleurs que l'an dernier avait été, une fois encore, un excellent millésime. Le CA avait augmenté de 56,3 millions d'euros, à 612,7 millions, soit une hausse de 10,1%. De ce chiffre, 7% environ sont de nature organique, ce qui constitue l'un des meilleurs taux de croissance interne des 12 dernières années. Les cash-flows opérationnels récurrents (Rebitda) ont progressé un peu plus rapidement encore, grâce notamment à l'adoption de la norme IFRS 16 (applicable aux contrats de location): +12%, à 123,6 millions d'euros. La marge de Rebitda s'est dès lors établie à 20,2%, contre 19,8% en 2018. Le bénéfice opérationnel récurrent a gagné 8,3%, pour franchir pour la première fois la barre des 100 millions d'euros (102,9 millions). Le bénéfice net a bondi de 11,6% (de 67,9 millions à 75,8 millions), soit une hausse de 83,01 à 92,90 euros par action (+11,9%). Nous n'espérons évidemment pas de tels résultats à l'issue du premier semestre de 2020.Plus importante encore, d'un point de vue stratégique, est l'acquisition, annoncée fin mai, de la quasi-totalité des actions de Natural Balance Foods. Lotus Bakeries avait déjà acquis 67,5% des titres de ce pionnier des snacks sains en 2015. Elle vient donc de faire passer sa participation à 97,9% en rachetant les parts des fondateurs, ce qui porte sa valorisation à 1,7 fois environ ses ventes nettes actuelles. Avec une hausse du CA de plus de 10% l'an dernier, les snacks sains (outre Nakd et Trek: Bear et Kiddylicious) sont un des moteurs de la croissance du groupe.Le contexte ne peut bien entendu qu'aider l'action Lotus Bakeries à faire mieux que le marché. A 29 fois le bénéfice escompté, la valorisation est élevée. Mais cette success story unique pourrait se poursuivre pendant de nombreuses années encore, et les producteurs de snacks sains se négocient au prix fort. Que la famille Boone ait relevé sa participation à plus de 70% des droits de vote est une preuve de sa confiance en l'avenir. Acheter pour le long terme. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 2.770 eurosTicker: LOTB BBCode ISIN: BE0003604155 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,26 milliards EURC/B 2019: 30C/B attendu 2020: 29Perf. cours sur 12 mois: +13%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1,1%