Pour la première fois depuis quelques années, le groupe Jensen avait publié un rapport intermédiaire décevant pour le premier trimestre de 2018, suscitant une onde de choc chez les analystes et les investisseurs. Mi-mai, l'action avait cédé quelque 15%, plombée par un carnet de commandes peu fourni au premier trimestre, en contraction de 6% par rapport à fin mars 2017, ce qui avait amené le groupe à émettre un avertissement sur chiffre d'affaires (CA). En tenant compte des machines produites et des travaux en cours, le stock de production de l'usine était inférieur de 32,7% à celui de fin mars 2017, alors qu'au trimestre précédent (clos en décembre 2017), la différence sur un an était positive (+2%). Les sociétés tardent souvent à avertir les...

Pour la première fois depuis quelques années, le groupe Jensen avait publié un rapport intermédiaire décevant pour le premier trimestre de 2018, suscitant une onde de choc chez les analystes et les investisseurs. Mi-mai, l'action avait cédé quelque 15%, plombée par un carnet de commandes peu fourni au premier trimestre, en contraction de 6% par rapport à fin mars 2017, ce qui avait amené le groupe à émettre un avertissement sur chiffre d'affaires (CA). En tenant compte des machines produites et des travaux en cours, le stock de production de l'usine était inférieur de 32,7% à celui de fin mars 2017, alors qu'au trimestre précédent (clos en décembre 2017), la différence sur un an était positive (+2%). Les sociétés tardent souvent à avertir les investisseurs en cas de baisse de régime. Ici toutefois, il semblerait que le spécialiste de la laverie industrielle ait fait preuve d'une prudence excessive et qu'il ait tiré le signal d'alarme trop tôt. Ainsi le CA a-t-il enregistré une hausse de 1,7% l'an dernier, à 343,8 millions d'euros (338,1 millions d'euros un an auparavant). Au quatrième trimestre, il a atteint 85,4 millions d'euros, soit un recul de 0,7 million d'euros ou de 0,9% en glissement annuel. Pour sa part, la rentabilité a diminué tant durant le premier que le second semestre de 2018. Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a reculé de 2,1% (de 34,2 à 33,5 millions d'euros, ou de 4,38 à 4,29 euros par action). La marge d'Ebitda est dès lors passée de 10,1 à 9,7%. Et c'est un facteur externe qui explique cette contraction: le 10 octobre, l'ouragan Michael a fortement endommagé le plus important site de production de Jensen aux Etats-Unis. Sans cette catastrophe naturelle, l'Ebitda se serait élevé à environ 34 millions d'euros, un niveau comparable à celui de 2017. La direction estime que la couverture d'assurance sera suffisante, mais bien que l'assureur ait déjà versé une avance, elle a décidé de reporter la comptabilisation de l'indemnisation jusqu'au traitement complet du dossier. Le bénéfice de l'entreprise (Ebit) a reculé de 9,9%, passant de 29,9 à 26,9 millions d'euros, ce qui s'est traduit par une contraction de la marge d'Ebit, de 8,8 à 7,8% - sans l'ouragan, l'Ebit aurait avoisiné les 29 millions d'euros. En 2018, le bénéfice net s'est élevé à 19,1 millions d'euros (2,44 euros par action), soit 9,5% de moins qu'en 2017 (21,1 millions d'euros); les conditions météorologiques extrêmes outre-Atlantique ont joué. La trésorerie nette a fortement diminué, en raison notamment du dividende royal distribué; elle atteignait 5,4 millions d'euros fin 2018, contre 23 millions fin 2017. En 2018, le groupe a reçu pour 321,8 millions d'euros de commandes, 6,3% de moins qu'en 2017. La direction aborde toutefois l'année 2019 avec confiance, puisqu'elle propose un dividende brut d'un euro par action.La trajectoire de croissance de Jensen reste intacte. Le développement du tourisme à l'échelle internationale et le vieillissement de la population constituent des facteurs favorables au groupe, sur le long terme. A 12,5 fois le bénéfice attendu en 2019 et avec une valeur d'entreprise correspondant à 8 fois l'Ebitda escompté en 2020, la valorisation de l'action est acceptable. Nos attentes ne seront pas déçues si nous nous contentons d'espérer pour 2019 un CA stable et un bénéfice en hausse par rapport à celui de 2018. Nous maintenons dès lors le conseil que nous avions donné après la publication des résultats semestriels de 2018. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 34,10 eurosTicker: JEN BBCode ISIN: BE0003858751Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 267 millions EURC/B 2018: 14C/B attendu 2019: 12,5Perf. cours sur 12 mois: -20%Perf. cours depuis le 01/01: +0,5%Rendement du dividende: 2,9%