Le groupe canadien multiplie les contrats de streaming et de royalties. Il se concentre désormais sur des actifs d'ores et déjà productifs ou en passe de l'être. Il est aussi bien décidé à ne pas financer de transactions par l'émission d'actions nouvelles. Il répond, ce faisant, aux deux grandes préoccupations des actionnaires: la pléthore d'émissions, en échange de droits sur des actifs dont la première production est éloignée de plusieurs années encore.
...