Le 9 mai 2019, Murray Kessler, transfuge de Lorillard Tobacco et 3e CEO de Perrigo en un an, avait exposé son plan de transformation Perrigo Advantage. Bien qu'il en ait attendu l'annonce avec impatience, le marché avait finalement réagi assez tièdement. Dévoilés il y a quelques jours, les résultats provisoires du 4e trimestre (et de l'exercice) ont en revanche provoqué un redressement du cours, qui reste néanmoins très volatil.
...

Le 9 mai 2019, Murray Kessler, transfuge de Lorillard Tobacco et 3e CEO de Perrigo en un an, avait exposé son plan de transformation Perrigo Advantage. Bien qu'il en ait attendu l'annonce avec impatience, le marché avait finalement réagi assez tièdement. Dévoilés il y a quelques jours, les résultats provisoires du 4e trimestre (et de l'exercice) ont en revanche provoqué un redressement du cours, qui reste néanmoins très volatil.Le fabricant de médicaments en vente libre et de produits génériques avait touché le fond fin 2018, lorsque les autorités irlandaises (nombre de sociétés pharmaceutiques et médicales américaines ont leur siège en Irlande, où la fiscalité est très accommodante), l'accusant de fraude fiscale, lui avaient réclamé 1,8 milliard de dollars. L'année 2018 fut du reste extrêmement agitée, avec trois CEO. Mais Murray Kessler s'accroche et cherche à faire avancer les choses. Outre des économies de 100 millions de dollars par an et une accélération des ventes en ligne, son plan prévoit la scission, en 2020, de la division Rx Pharmaceuticals en vue d'une cession ou d'une fusion. Rx fabrique des produits génériques vendus sur ordonnance; ce segment de niche génère quelque 900 millions de dollars de chiffre d'affaires (CA) annuel, mais une marge deux fois plus élevée que celle de la vente libre. A cela s'est ajoutée la reprise, pour 750 millions de dollars, de Ranir Global Holdings, éminent fournisseur de produits d'hygiène buccale à usage domestique, entre autres, vendus sous marques de distributeur - une opération qui renforcera le leadership international de Perrigo dans ce segment et contribuera à la progression du CA et du bénéfice. L'entreprise a par ailleurs cédé PetIQ (médecine vétérinaire) pour 185 millions de dollars. Après une expansion effrénée (on se souvient du rachat, pour 3,6 milliards d'euros, d'Omega Pharma fin 2014), Perrigo cherche depuis des années à renouer avec la croissance. Si le CA record (5,4 milliards de dollars) n'a plus été atteint depuis 2015, la reprise de la société de Marc Coucke n'est pas l'unique cause de ses difficultés.D'après les résultats provisoires (les chiffres définitifs seront dévoilés fin février), l'entreprise clôt l'exercice sur un CA de 4,8 milliards de dollars, contre 4,73 milliards en 2018 (prévisions initiales de la direction: 4,6-4,7 milliards de dollars; consensus: 4,77 milliards). Le terme à la tendance baissière du CA a fait gagner 20% au cours en quelques jours. Malgré les programmes destinés à le soutenir, la plupart des analystes misent sur un bénéfice de 3,98 dollars par action en 2019, contre 4,55 dollars encore en 2018 et 7,59 dollars en 2015. Le bénéfice attendu est toutefois passé de 0,97 dollar au 4e trimestre de 2018 à 1,03 dollar un an plus tard. Murray Kessler ne doute pas de l'efficacité du processus de transformation, même à peine entamé. Le consensus table pour cette année sur une hausse du CA (4,9 milliards de dollars) et du bénéfice (4,25 dollars par action). Sans aller jusqu'à annoncer une amélioration spectaculaire pour les années qui viennent, les analystes semblent donc avoir confiance dans le plan.A 11 fois le rapport valeur de l'entreprise/cash-flow d'exploitation escompté pour 2019 (et 10 fois pour 2020), le titre est, selon les critères de Wall Street, extraordinairement bon marché (1,2 fois la valeur comptable). Nous attendons avec impatience l'annonce, fin février, du bénéfice définitif; d'ici là, nous privilégions une attitude attentiste. Conseil: conserver/attendreRisque: élevéRating: 2CCours: 59,02 dollarsTicker: PRGO USCode ISIN: IE00BGH1M568Marché: NYSECapit. boursière: 8,03 milliards USDC/B attendu 2019: 15C/B attendu 2020: 13Perf. cours sur 12 mois: +30%Perf. cours depuis le 01/01: +14%Rendement du dividende: 1,4%