Le spécialiste belge du diagnostic moléculaire MDxHealth (MDxH) a publié plusieurs excellentes nouvelles ces dernières semaines. La plus importante, du 22septembre, concerne la révision à la hausse de ses prévisions en matière de chiffre d'affaires pour 2016. Jusqu'à présent, MDxH tablait sur une croissance comprise entre 30 et 50% par rapport à l'an dernier, mais l'objectif a été porté à au moins 60% (soit minimum 28,2millions de dollars). Cette révision est attribuable à la confiance de l'entreprise dans le développement de ConfirmMDx, son test épigénétique de détection du cancer de la prostate auprès de patients présentant un résultat de biopsie négatif, lequel avait été accepté dans les directives du Réseau national...

Le spécialiste belge du diagnostic moléculaire MDxHealth (MDxH) a publié plusieurs excellentes nouvelles ces dernières semaines. La plus importante, du 22septembre, concerne la révision à la hausse de ses prévisions en matière de chiffre d'affaires pour 2016. Jusqu'à présent, MDxH tablait sur une croissance comprise entre 30 et 50% par rapport à l'an dernier, mais l'objectif a été porté à au moins 60% (soit minimum 28,2millions de dollars). Cette révision est attribuable à la confiance de l'entreprise dans le développement de ConfirmMDx, son test épigénétique de détection du cancer de la prostate auprès de patients présentant un résultat de biopsie négatif, lequel avait été accepté dans les directives du Réseau national de lutte contre le cancer (NCCN) en mars. L'intégration dans les directives change la donne tant pour les assureurs que les urologues (nette réduction du risque de responsabilité civile). Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si un contrat a été signé en août avec Cigna, l'une des cinq plus grandes compagnies d'assurances aux États-Unis, puis avec Independence Blue Cross et Highmark Blue Cross Blue Shield, deux assureurs membres d'un groupe de 38assureurs santé (BCBSA) qui comptent au total 98millions d'affiliés. Nous prévoyons, au cours des semaines à venir, non seulement une hausse du nombre de tests qui seront exécutés, mais aussi du chiffre d'affaires qui sera enregistré par test. En effet, pour l'instant, une vente n'est enregistrée que lorsqu'un test exécuté a été payé ou si la certitude est établie qu'il le sera, compte tenu de l'historique de remboursement des assureurs. À terme, MDxH table, pour ConfirmMDx, sur une part de 20% d'un marché qui pèse 1,7milliard USD. En outre, l'entreprise est en train de déployer SelectMDx, le deuxième test dont elle est propriétaire, destiné au diagnostic du cancer de la prostate _ un test urinaire promettant une précision de détection de 98% et un potentiel de marché de 0,5milliard USD _, qui a été lancé à la fin de l'année dernière au Benelux et en mars 2016 en Allemagne, Italie et aux États-Unis. Le trimestre en cours sera marqué par le lancement aux États-Unis du test urinaire de dépistage du cancer de la vessie AssureMDx, d'une précision de 99% et dont le potentiel commercial est estimé à 250millions USD. En outre, MDxH recevra chaque année de son partenaire Exact Sciences plusieurs millions de dollars à titre de royalties et paiement d'étape sur les ventes de Cologuard, un test innovant de dépistage du cancer colorectal basé sur l'analyse des selles. Signalons, même si ce n'est qu'un projet, qu'Exact Sciences entend proposer en 2018 un produit similaire au marqueur biologique NDRG4 du Cologuard de MDxH. Pour soutenir la croissance, MDxH a dépensé 16millions USD au premier semestre, ce qui a creusé la perte nette de 5,5millions à 7,6millions USD. Les cash-flows opérationnels (EBITDA) ont reculé de -5,3millions à -6,7millions USD mais, sur l'année, MDxH table sur une amélioration. La position de trésorerie s'élevait, fin juin, à 20,1millions USD. Trop peu pour tenir jusqu'aux premiers bénéfices, fin 2017 ou début 2018. Nous pensons cependant que MDxH ne recourra pas à une augmentation de capital pour se financer. ConclusionLes bonnes nouvelles ont entraîné un net redressement du cours de l'action. Mais le marché anticipe une nouvelle augmentation de capital. Tout semble en place pour que le chiffre d'affaires progresse au cours des années à venir et, surtout, pour qu'une rentabilité structurelle soit atteinte en 2018. Nous maintenons notre conseil positif. Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating: 1CDéjà publié le 18/10