Les résultats du troisième trimestre écoulé ont rassuré les investisseurs. IBM avait connu un premier semestre difficile, et juste avant la publication du rapport trimestriel, le titre affichait une perte de 11%. Rien à voir avec la hausse de 13% et 22% du S&P 500 et du Nasdaq, respectivement. IBM était autrefois l'un des favoris de Warren Buffett, qui a perdu patience et cédé près d'un tiers de sa position. Sur la période de juillet à septembre, cependant, le chiffre d'affaires (CA) a certes reculé de 0,4%, à 19,15 milliards de dollars, et c'est même le 22e recul consécutif sur une base annuelle, mais il était somme toute de 550 millions de dollars supérieur au consensus. Le bénéfice opératio...