Le spécialiste belgo-français du champagne vient de traverser plusieurs années difficiles. La crise financière puis celle de l'euro, et leurs conséquences, ont érodé la confiance des consommateurs, qui ont dès lors consommé aussi moins de champagne. Les attentats terroristes perpétrés en France en 2015 et 2016 ont par ailleurs pesé sur le tourisme et l'horeca. Enfin, après l'inattendu "oui" au Brexit, en juin 2016, la livre britannique a perdu 20% et le deuxième marché de Vranken a connu quelques turbulences. Cela étant, il y a des raisons de rester optimiste à l'égard de ce numéro deux du secteur (derrière la chaîne de luxe LVMH), qui détient les marques de premier ordre Vranken, Pommery, Charles Lafitte et Heidsieck&Co Monopole. L'économi...