C'est suffisamment rare que pour être évoqué: entre la fin mai et la fin juin, nous avons relevé plus de dix transactions dans le cadre desquelles Belfima Invest, le holding contrôlé par la famille De Cuyper, a racheté un peu plus de 4.000 actions Resilux, pour un gros demi-million d'euros. Les excellents résultats sur lesquels l'entreprise de Flandre orientale achève le premier semestre n'ont donc rien d'étonnant. L'ampleur de la hausse surprend davantage; certes, l'été fut chaud, mais le printemps (et surtout, le mois d'avril) a été frileux en Europe et carrément exécrable en Espagne.
...

C'est suffisamment rare que pour être évoqué: entre la fin mai et la fin juin, nous avons relevé plus de dix transactions dans le cadre desquelles Belfima Invest, le holding contrôlé par la famille De Cuyper, a racheté un peu plus de 4.000 actions Resilux, pour un gros demi-million d'euros. Les excellents résultats sur lesquels l'entreprise de Flandre orientale achève le premier semestre n'ont donc rien d'étonnant. L'ampleur de la hausse surprend davantage; certes, l'été fut chaud, mais le printemps (et surtout, le mois d'avril) a été frileux en Europe et carrément exécrable en Espagne. Le plus important en tout cas est que l'aventure AirOLux soit oubliée. La "guerre des aérosols" entre Resilux et le néerlando-suisse AirOPack Technology Group du Néerlandais Quint Kelders appartient désormais au passé. En guise de consolation, les actionnaires ont bénéficié d'une réduction de capital (de 16,3 euros par action) fiscalement avantageuse après le rachat de la part de Resilux, pour un montant de 62 millions d'euros. Cette somme contribuera également à développer un nouveau pôle d'activité: le recyclage. L'acquisition du suisse Signode Industrial Group, également appelé Poly Recycling, spécialisé dans le recyclage de PET, avait été annoncée à l'automne dernier. Il est désormais clair qu'il faut voir là une extension du coeur d'activité. Resilux investit beaucoup pour équiper sa nouvelle installation de recyclage, située sur son site de production de Bilten (Suisse), des technologies les plus modernes. Le PET est un plastique qui se recycle facilement et efficacement; il est collecté dans les règles de l'art en Belgique, en Allemagne et en Suisse. Il s'agit d'une activité rentable, porteuse pour le producteur de préformes et de bouteilles en PET, qui a investi 18,5 millions d'euros au premier semestre et compte en investir 15 de plus au second, essentiellement à Bilten. Ces montants, énormes pour Resilux, reflètent l'optimisme des prévisions pour le reste de l'année ainsi que pour le début de 2019. L'an dernier, 18,7 millions d'euros avaient été investis dans l'installation de huit nouvelles machines, surtout en Flandre et aux Etats-Unis; au vu des résultats semestriels, ces investissements portent manifestement déjà leurs fruits. La valeur ajoutée (un bien meilleur critère que le chiffre d'affaires, en raison de l'incidence de la nette augmentation, cette année, des cours des matières premières) a bondi de 14,3%, à 45,1 millions d'euros (+17,7% du chiffre d'affaires), au cours des six premiers mois de 2018, les cash-flows opérationnels (Ebitda) augmentant quant à eux de 13,9%, à 23 millions d'euros - un nouveau record. De 17,3%, à 14,7 millions d'euros, l'accélération du bénéfice opérationnel (Ebit) est plus impressionnante encore. Le résultat net s'établit à 9,93 millions d'euros, soit une hausse de 17%. Les frais de consultance relatifs à un éventuel rachat du groupe par Bain Capital ont été extraits des résultats semestriels. La direction pronostique une augmentation, à 41 millions d'euros au moins, du Rebitda au deuxième semestre en glissement annuel.Resilux mise sur la croissance organique, avec le recyclage comme nouveau pôle de développement. Les investissements traduisent la volonté de la direction de passer outre la débâcle d'AirOLux et l'échec de Bain Capital. Malgré une hausse de 10% ces derniers mois, l'action conserve une valorisation attrayante (rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (Ebitda) escomptés pour 2018 de 7,5). Conseil : acheterRisque : faibleRating : 1ACours : 153,80 eurosTicker : RES BBCode ISIN : BE0003707214Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 311 millions EURC/B 2017 : 18C/B attendu 2018 : 16,5Perf. cours sur 12 mois : +15%Perf. cours depuis le 01/01 : +7%Rendement du dividende : 1,3%