L'assureur belge mène une existence distincte depuis la vente, en 2008, des divisions bancaires de Fortis à BNP Paribas et à l'Etat néerlandais. Les lettres AG font référence aux racines belges du groupe, qui remontent à 1824, EA, à ses deux principaux marchés (Europe et Asie) et AS, à ses activités d'assurance. Héritier de Fortis, Ageas assume tous les problèmes juridiques liés aux événements de 2008. L'accord contraignant de juillet 2018 concernant la transaction de 1,3 milliard d'euros conclue avec les principales parties prenantes de Fortis a constitué une étape cruciale dans le processus destiné à permettre au groupe de tourner la page sur ce passé difficile.
...

L'assureur belge mène une existence distincte depuis la vente, en 2008, des divisions bancaires de Fortis à BNP Paribas et à l'Etat néerlandais. Les lettres AG font référence aux racines belges du groupe, qui remontent à 1824, EA, à ses deux principaux marchés (Europe et Asie) et AS, à ses activités d'assurance. Héritier de Fortis, Ageas assume tous les problèmes juridiques liés aux événements de 2008. L'accord contraignant de juillet 2018 concernant la transaction de 1,3 milliard d'euros conclue avec les principales parties prenantes de Fortis a constitué une étape cruciale dans le processus destiné à permettre au groupe de tourner la page sur ce passé difficile. Ageas vend des assurances vie et non-vie et des assurances santé à 40 millions de clients répartis entre 14 pays. L'activité vie a représenté 70% de l'encaissement et 75% du bénéfice net en 2019. La Belgique, son marché domestique, s'adjuge la moitié environ du bénéfice du groupe (400 millions d'euros, un chiffre extrêmement stable). En Europe, Ageas reste présent au Royaume-Uni et en Europe continentale (surtout au Portugal, mais aussi en France, au Luxembourg et en Turquie). Son principal atout est d'être très exposé à l'Asie, par le biais de joint-ventures conclues dans neuf pays; compte tenu de la jeunesse de la population et de la moindre maturité du marché de l'assurance asiatiques, le potentiel de croissance demeure, là-bas, énorme. Si Ageas n'a pas échappé aux conséquences de la crise sanitaire, la casse est demeurée limitée. L'encaissement brut n'a cédé que 2% en neuf mois et le dividende brut intérimaire de 2,38 euros payé en novembre est venu grossir les 27 centimes par action acquittés en juin. Pour la première fois depuis neuf ans, aucun programme de rachat d'actions n'a été initié en été. Ageas a intensifié ses participations en Asie: il a déboursé en août 57,3 millions d'euros pour acquérir 23% de plus dans l'assureur-vie indien IFLIC, et investi fin novembre 336 millions d'euros dans le réassureur chinois Taiping. Après avoir dirigé l'entreprise pendant plus de 11 ans, Bart De Smet a été remplacé le 22 octobre par Hans De Cuyper. Nous escomptons d'excellentes performances, d'autant que le climat boursier favorable devrait compenser la faiblesse persistante des taux d'intérêt. Compte tenu d'un bénéfice net estimé à 850-950 millions d'euros pour 2020, les analystes espèrent un dividende brut moyen de 2,62 euros par action, soit un rendement brut de 6,5%. Un programme de rachat d'actions de 150 millions d'euros au moins pourrait selon nous être annoncé en juin, lors de la présentation du nouveau plan stratégique. Hans De Cuyper devrait rester fidèle à la politique disciplinée d'acquisitions sur les marchés existants, tout en manifestant une préférence marquée pour l'assurance non-vie. Ageas dispose d'un trésor de guerre d'un milliard d'euros et d'une capacité d'endettement supplémentaire importante, surtout depuis que Moody's et S&P ont relevé sa note. Malgré son récent redressement, le cours reste inférieur de plus de 20% à son niveau d'avant-crise sanitaire. A moins de 9 fois le bénéfice escompté pour 2021 et surtout, à 0,7 fois la valeur comptable, la valorisation reste intéressante. Une fois le montant de la transaction intégralement payé, mi-2021, l'investisseur pourra exploiter le potentiel de croissance en Asie. De nouvelles prises de contrôle, là-bas ou ailleurs, ne sont pas à exclure. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 41,78 eurosTicker: AGSN BBCode ISIN: BE0974264930Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 8,1 milliards EURC/B 2019: 10C/B attendu 2020: 7,5Perf. cours sur 12 mois: -23%Perf. cours depuis le 01/01: -21%Rendement du dividende: 6,4%