Le jour même où des signaux légèrement positifs sur l'industrie des semi-conducteurs parvenaient enfin aux marchés après une longue période de mauvaises nouvelles, Intel publiait des résultats et des perspectives en deçà des attentes. Les résultats du quatrième trimestre ont en effet encore laissé une impression mitigée et les prévisions du fabricant de semi-conducteurs pour le trimestre et l'exercice en cours ont déçu.
...

Le jour même où des signaux légèrement positifs sur l'industrie des semi-conducteurs parvenaient enfin aux marchés après une longue période de mauvaises nouvelles, Intel publiait des résultats et des perspectives en deçà des attentes. Les résultats du quatrième trimestre ont en effet encore laissé une impression mitigée et les prévisions du fabricant de semi-conducteurs pour le trimestre et l'exercice en cours ont déçu. Intel a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 18,66 milliards de dollars au cours de la période de trois mois qui s'est achevée fin décembre, en hausse de 9,6% par rapport à l'an dernier - mais en deçà des 19,1 milliards de dollars attendus. A 5,9 milliards de dollars ou 1,28 dollar par action, le bénéfice net ajusté s'est pour sa part révélé supérieur au consensus (1,22 dollar). Pour la première fois en six trimestres, Intel n'a pas surpassé les prévisions de CA. Le groupe a invoqué le ralentissement de la croissance en Chine, qui a entraîné une baisse des ventes de smartphones et de puces mémoire. Selon l'institut Gartner, les ventes mondiales de PC se sont contractées de 4,3% au quatrième trimestre. Mais Intel pâtit davantage de la stagnation de son segment Data Center (centres de données). La croissance du CA n'y a pas dépassé 9% alors qu'elle affichait un taux de 26% au troisième trimestre. Quant à sa division Client Computing (processeurs pour PC), toujours la plus importante du groupe, elle a enregistré une croissance du CA de 10% - légèrement inférieure aux prévisions. En 2018, le CA d'Intel a gagné 13%, à 70,8 milliards de dollars. La marge brute était retombée à 61,7% au quatrième trimestre, pour une moyenne de 63,3% sur l'exercice. Le 31 janvier, Intel s'est doté d'un CEO: Bob Swan, ex-directeur financier du groupe, qui avait d'ailleurs exercé la fonction de CEO ad interim durant quelques mois, après le départ précipité de son prédécesseur Brian Krzanich en juin. Le groupe va pouvoir s'attaquer enfin aux problèmes internes auxquels il est confronté. Le lancement de sa nouvelle génération de puces 10 nanomètres accuse du retard. Intel ne peut plus se targuer de produire les processeurs les plus rapides et les plus performants... Et sur ce plan, aucune amélioration n'est à attendre à court terme. A 16 milliards de dollars, les prévisions de CA pour le premier trimestre en cours ne sont pas à la hauteur des attentes (17,35 milliards). Pas plus que le CA de l'exercice 2019, pronostiqué à 71,5 milliards de dollars, ce qui reviendrait à une hausse d'à peine 1% en un an, ou la croissance la plus lente depuis 2015. Le consensus tablait sur 73,2 milliards de dollars. Les cash-flows disponibles ont augmenté de 38%, à 14,3 milliards de dollars, en 2018. Pour cette année, Intel escompte 16 milliards de dollars. Mais des dépenses supplémentaires dans l'extension de la capacité de production sont prévues, qui feront passer les dépenses d'investissement de 13,5 milliards en 2018 à 15,5 milliards. Au terme de l'exercice écoulé, Intel avait 11,7 milliards en caisse, à opposer à une dette de 26,4 milliards; il a distribué plus de 16 milliards de dollars aux actionnaires. Le groupe a racheté 217 millions de ses actions pour un montant total de 10,7 milliards de dollars, réduisant ainsi le flottant de près de 5 %. Le dividende trimestriel sera relevé de 5% cette année, mais le consensus espérait une hausse de 10%. Non seulement le marché n'est pas en grande forme, mais Intel a également des problèmes internes à résoudre. Le nouveau CEO a du pain sur la planche. Pour notre part, nous sommes convaincus que le groupe va remonter la pente et après les nouveaux investissements prévus, dominer à nouveau le secteur. A 10 fois le bénéfice attendu, l'action n'est pas chère. A conserver, pour l'instant. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 47,04 dollarsTicker : INTC USCode ISIN : US4581401001Marché : NasdaqCapit. boursière : 227,1 milliards USDC/B 2018 : 10C/B attendu 2019 : 10Perf. cours sur 12 mois : +13%Perf. cours depuis le 01/01/2019 : +0,5%Rendement du dividende : 2,7%