Pour le groupe Jensen, 2020 fut une année particulière, comme en témoigne le retour du cours à son niveau de 2015. La pandémie de Covid-19 a frappé de plein fouet l'ensemble du secteur du tourisme; les voyages d'affaires, en particulier, ont été quasiment à l'arrêt ces 12 derniers mois. Par conséquent, les hôtels sont vides; or, ils forment un groupe de clients très important pour ce producteur de systèmes de blanchisserie industrielle.
...

Pour le groupe Jensen, 2020 fut une année particulière, comme en témoigne le retour du cours à son niveau de 2015. La pandémie de Covid-19 a frappé de plein fouet l'ensemble du secteur du tourisme; les voyages d'affaires, en particulier, ont été quasiment à l'arrêt ces 12 derniers mois. Par conséquent, les hôtels sont vides; or, ils forment un groupe de clients très important pour ce producteur de systèmes de blanchisserie industrielle.Les mises en garde se sont donc révélées fondées: en 2020, le chiffre d'affaires (CA) a dévissé, les bénéfices ont plongé de 26,2%, à 245,2 millions d'euros (332,2 millions d'euros, en 2019). Si le tassement du CA est resté en ligne avec celui du 1er semestre (-26,8%), qui comprenait toutefois un 1er trimestre relativement "normal", Jensen n'a pas bénéficié de la reprise constatée ailleurs au 2e semestre. Toute la croissance enregistrée depuis 2014 a brusquement fondu. Sous l'effet de la pandémie, la part de l'Union européenne (UE) (environ 2/3) dans les ventes a augmenté au détriment de l'Asie. Jensen vise toutefois un ratio de 50% pour l'UE et 50% pour le reste du monde.Le cash-flow opérationnel (Ebitda) s'est tassé de 36,3%, de 31,2 à 19,8 millions d'euros (ou de 4 à 2,5 euros par action), dont 9 millions d'euros au 1er semestre, en repli de plus de 56% par rapport au 1er semestre de 2019. La marge d'Ebitda s'érode ainsi de 9,4 à 8,1%. Le bénéfice opérationnel (Ebit) accuse une chute encore plus importante, de 44,4% (de 23 à 12,8 millions d'euros), toutefois moins marquée qu'au 1er semestre (-86%, à 2,4 millions d'euros); la marge d'Ebit diminue de 6,9% à 5,2%. Pour autant, tout comme en 2009, le groupe Jensen est resté rentable. L'ouragan Michael a causé des dommages importants au principal site de production de Jensen USA, le 10 octobre 2018. Heureusement, l'indemnisation partielle de l'assurance a tout de même alimenté l'Ebit à hauteur de 2,9 millions d'euros. Les aides publiques ont aussi eu une incidence positive (+0,7 million), mais les coûts de restructuration ont pesé à hauteur de 2,7 millions d'euros. Le résultat net s'élève à 7,6 millions d'euros (0,97 euro par action), soit -51,6% par rapport aux 15,7 millions d'euros de 2019, en nette hausse par rapport au 1er semestre (1,5 million d'euros, ou 0,19 euro par action).L'atout majeur du groupe Jensen, contrôlé par la famille danoise Jensen à travers Jensen Invest (53%), est son excellente position financière. La trésorerie nette s'élevait à 28,3 millions d'euros, ou 3,6 euros par action, fin 2020. Ainsi, malgré une année pénible, un dividende de 0,25 euro brut par action peut être versé pour l'exercice 2020. Les perspectives pour cette année ne sont pas encore encourageantes: le groupe s'attend à connaître des difficultés pendant un certain temps encore. Il a reçu en 2020 pour seulement 223,4 millions d'euros de commandes (-31,5% par rapport aux 326,3 millions de 2019), ce qui n'incite pas à un grand optimisme pour le 1er semestre de 2021.Le groupe Jensen a souffert en 2020 et ce n'est pas cette année non plus qu'il publiera des résultats "normaux"; la direction ne table pas sur une normalisation des voyages internationaux (tourisme et affaires) avant 2022. Garder les coûts sous contrôle et rester rentable, voire procéder à une acquisition en 2021, puisque sa situation financière le lui permettrait, semble être sa plus grande ambition actuellement. L'action recèle encore un potentiel de redressement, d'où notre recommandation positive Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 27,30 eurosTicker: JEN BBCode ISIN: BE0003858751Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 213,5 millions EURC/B 2020: 29C/B attendu 2021: 23Perf. cours sur 12 mois: +32%Perf. cours depuis le 01/01: +11%Rendement du dividende: 0,9%