Ces 12 derniers mois ont été particulièrement tumultueux et pénibles pour Alibaba. Tout avait commencé avec le torpillage de l'entrée en Bourse de Shanghai de sa filiale fintech Ant Group (33% aux mains d'Alibaba). La démarche aurait dû permettre de lever 34,4 milliards de dollars, ce qui aurait constitué l'IPO la plus importante de toute l'histoire.
...

Ces 12 derniers mois ont été particulièrement tumultueux et pénibles pour Alibaba. Tout avait commencé avec le torpillage de l'entrée en Bourse de Shanghai de sa filiale fintech Ant Group (33% aux mains d'Alibaba). La démarche aurait dû permettre de lever 34,4 milliards de dollars, ce qui aurait constitué l'IPO la plus importante de toute l'histoire.Bien qu'il ne dirige plus Alibaba depuis 2019, Jack Ma en reste la figure emblématique. Ses critiques sévères à l'égard des autorités de régulation chinoises étaient remontées jusqu'aux oreilles du gouvernement, et du président Xi Jinping en personne. Obérant les perspectives de croissance, les nouvelles règles imposées aux fintechs, annoncées juste avant la date prévue pour l'entrée en Bourse, avaient fait voler le projet en éclats. Elles avaient aussi marqué le coup d'envoi d'une série d'enquêtes, d'amendes et de resserrements de la réglementation visant l'entreprise, mais aussi tous les géants chinois, sur fond de politique "plus égalitaire". La semaine dernière encore, les autorités ont infligé à Alibaba, Tencent, Baidu et d'autres, 500.000 yuans (CNY) d'amende par infraction constatée.Si l'on ajoute à cela le ralentissement généralisé de la croissance en Chine, l'on obtient tous les ingrédients d'un trimestre difficile. Le marché a donc de nouveau sanctionné l'action Alibaba après l'annonce des résultats décevants du 2e trimestre de l'exercice décalé (clôture le 31 mars). La plus grande plateforme virtuelle de commerce B2B au monde avait pourtant vu son chiffre d'affaires (CA) bondir de 29%, à 200,69 milliards CNY, mais les analystes attendaient 3% de plus (206,17 milliards CNY).Alibaba comptait fin septembre 953 millions d'utilisateurs mobiles actifs, ce qui reste phénoménal. Ceux-ci ont généré un CA trimestriel de 171,17 milliards CNY (consensus: 178,84 milliards). Les services cloud restent un des principaux pôles de croissance, eux dont le CA a progressé de 34%, à 20,01 milliards CNY, alors que les analystes misaient sur 19,25 milliards - Alibaba domine d'ailleurs résolument ce segment du marché chinois. Le cash-flow d'exploitation (Ebitda) a en revanche chuté de 27%, à 34,84 milliards CNY (40,19 milliards), faisant plonger de 31% à 17% la marge d'Ebitda. Le bénéfice s'est établi à 28,52 milliards CNY (-39% en glissement annuel), à quoi correspond un chiffre de 11,20 CNY par action, alors que les analystes tablaient sur 12,37 CNY. La direction annonce désormais une croissance de 20% à 23% du CA pour l'exercice, tandis que le consensus faisait récemment encore état de 27%.Alibaba a beau être devenue, en une décennie, la plus grande plate-forme de vente de Chine, les événements et le cortège d'incertitudes qu'ils ont provoqué lui ont fait perdre 350 milliards de dollars de capitalisation, un sérieux revers pour cette entreprise au parcours jusque-là irréprochable. Les perspectives à moyenne échéance demeurent très favorables mais dans l'immédiat, le ralentissement de la croissance et les remous causés par le gouvernement pèsent sur le cours. Reste qu'avec un rapport cours/bénéfice de 18 (26 encore en début d'année) et un ratio valeur de l'entreprise (EV)/Ebitda de 12 (17) escomptés pour 2021, ces éléments négatifs sont d'ores et déjà intégrés dans le cours, d'où notre décision d'étoffer notre position. L'action pourrait fluctuer encore, après quoi elle devrait se redresser, peut-être même vigoureusement. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1B Cours: 133,35 dollarsTicker: BABA USCode ISIN: US01609W1027Marché: NYSECapit. boursière: 361,5 milliards USDC/B 2021: 14C/B attendu 2022: 18Perf. cours sur 12 mois: -55%Perf. cours depuis le 01/01: -45%Rendement du dividende: -