L'on peut qualifier le rapport trimestriel de Barco de rassurant, même s'il est, comme toujours, très sommaire: il fait état du chiffre d'affaires (CA) de chacune des divisions et de l'évolution du nombre de nouvelles commandes.
...

L'on peut qualifier le rapport trimestriel de Barco de rassurant, même s'il est, comme toujours, très sommaire: il fait état du chiffre d'affaires (CA) de chacune des divisions et de l'évolution du nombre de nouvelles commandes. Le CA du groupe s'est établi à 171,7 millions d'euros, un niveau conforme aux attentes. C'est tout de même un recul de 27% en glissement annuel et de 12% en rythme trimestriel. C'est la division Entertainment qui accuse la plus nette baisse, les salles obscures ayant dû rester portes closes et le secteur événementiel, à l'arrêt. A 56 millions d'euros, son CA chute de 44% en glissement annuel et de 28% en rythme trimestriel. Heureusement, l'avenir s'annonce un peu plus rose, puisque Barco a reçu une importante commande du groupe Imax et l'industrie chinoise du cinéma se reprend depuis plusieurs mois. En Occident, une reprise est attendue au 2e semestre, et c'est bien entendu le rythme de la levée des confinements qui en déterminera la vigueur. Dans la division Enterprise, le CA, de 53 millions d'euros, s'inscrit en repli de 22% par rapport à la même période un an plus tôt et de 2% par rapport au 4e trimestre de 2020. Le télétravail massif a pesé sur la croissance de l'outil de présentation ClickShare, mais le succès de Clickshare Conference, compatible, lui, avec des outils de réunion en ligne comme Zoom et Microsoft Teams, a amorti la chute. Trois trimestres après son lancement, la version Conference apporte déjà 40% du CA issu de ClickShare; cette part était encore d'un quart au dernier trimestre de 2020. Lorsque le télétravail ne sera plus obligatoire, la croissance de la division Enterprise s'accélérera, puisque l'outil ClickShare sera à nouveau utilisé régulièrement et qu'il présente un avantage sur les autres produits du groupe: la conversion des commandes en ventes est rapide. Quant à la division Healthcare, qui, jusqu'à la crise sanitaire, contribuait le moins au CA du groupe, elle en a apporté la part la plus importante, 64 millions d'euros; c'est 8% de moins qu'un an auparavant, mais le nombre de nouvelles commandes progresse depuis trois trimestres successifs. Le groupe a enregistré pour 228,9 millions d'euros de commandes sur le trimestre, soit 10% de moins qu'un an plus tôt, mais 21% de plus qu'au 4e trimestre de 2020; c'est en outre un montant bien supérieur au consensus des analystes (192 millions). Le rapport entre les nouvelles commandes et le CA réalisé est de 1,3 - rappelons que si ce ratio (book-to-bill) excède 1, c'est que la tendance du CA est haussière. La valeur totale du carnet de commandes a progressé de 25%, à 351,5 millions d'euros. Le contexte rendant difficile tout pronostic, la direction s'est contentée de prévoir pour le 1er semestre un CA stable (407 millions d'euros, sur les six premiers mois de 2020). Plus prudents encore, les analystes visent un CA moindre (consensus: 377 millions). Ils s'attendent en moyenne à une marge d'exploitation de 7,7% (un an plus tôt, elle était de 10%). Le groupe a connu un bon début d'année. Il demeure bien positionné sur son marché et sa position financière est saine. Ce sont autant de raisons de maintenir notre conseil. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 19,73 eurosTicker: BAR BBCode ISIN: BE0003790079Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,81 milliard EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 24Perf. cours sur 12 mois: -1%Perf. cours depuis le 01/01: +8%Rendement du dividende: 2,2%