Dans le cadre du pacte vert pour l'Europe, qui vise à faire de l'Union européenne (UE) le premier continent neutre sur le plan climatique à l'horizon 2050, la Commission européenne (CE) entend initier une "vague de rénovations". Comme au rythme actuel (le taux annuel de rénovation s'établit aujourd'hui à 1% dans l'UE), il sera difficile d'atteindre ces ambitieux objectifs climatiques, la CE entend au minimum doubler la cadence pour rendre moins énergivores les bâtiments publics comme privés, ce qui se traduira par un investissement annuel de 185 milliards d'euros jusqu'à 2030; 115 milliards d'euros seront affectés à la rénovation de logements privés, le solde à celle des bâtiments publics.
...

Dans le cadre du pacte vert pour l'Europe, qui vise à faire de l'Union européenne (UE) le premier continent neutre sur le plan climatique à l'horizon 2050, la Commission européenne (CE) entend initier une "vague de rénovations". Comme au rythme actuel (le taux annuel de rénovation s'établit aujourd'hui à 1% dans l'UE), il sera difficile d'atteindre ces ambitieux objectifs climatiques, la CE entend au minimum doubler la cadence pour rendre moins énergivores les bâtiments publics comme privés, ce qui se traduira par un investissement annuel de 185 milliards d'euros jusqu'à 2030; 115 milliards d'euros seront affectés à la rénovation de logements privés, le solde à celle des bâtiments publics. Dans son plan de relance pour 2021, le gouvernement français a prévu d'accorder 6,7 milliards d'euros à la rénovation énergétique des bâtiments. Cette initiative offre de belles opportunités au français Saint-Gobain. Avec un chiffre d'affaires (CA) de 27,89 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année 2020, le groupe spécialisé dans les matériaux est l'un des poids lourds du secteur du bâtiment en Europe. Et pourtant, cet acteur est loin de briller en Bourse. Les plus fidèles actionnaires ont bien dû constater que, bien qu'il se soit récemment apprécié, le cours n'a progressé que de 5% en 10 ans, et que le rendement total (évolution du cours et dividendes) du titre sur cette période est inférieur de 41% à celui de l'indice Euro Stoxx 50. En mars 2020, le vent de panique qu'a suscité l'apparition de la pandémie l'avait fait plonger à son plus bas niveau de la décennie écoulée. Au-delà de la vague de rénovations dont il profitera, un certain nombre de facteurs pourrait toutefois le faire devancer l'indice. Une nouvelle équipe de direction a été constituée en 2019. Dès son arrivée, elle a mis l'accent sur l'amélioration de la rentabilité, grâce au programme Transform&Grow, qui comporte deux volets. Elle a cédé les activités peu rentables, qui représentaient trois milliards d'euros de CA, et élaboré un plan d'économies, lequel a permis de réduire les dépenses de 370 millions d'euros jusqu'ici. L'accent mis sur la génération de trésorerie est porteur, malgré l'incidence non négligeable de la pandémie sur le CA et le bénéfice. Sur les neuf premiers mois de 2020, le CA a reculé de 14,1% (de 32,47 à 27,89 milliards d'euros), un reflux également imputable aux désinvestissements; mais à périmètre comparable, la baisse n'est que de 7,2%. Le rapport intermédiaire relatif au troisième trimestre mentionne le CA, mais pas le résultat net. A l'issue du premier semestre de 2020, le bénéfice d'exploitation (Ebit) s'inscrivait en recul de 49,5% (de 1,64 milliard à 827 millions d'euros). Le cash-flow d'exploitation (Ebitda) a cédé 32,4% (de 2,42 à 1,63 milliard d'euros), la marge d'Ebitda, 200 points de base (2%) seulement (de 11,2 à 9,2%). Malgré le contexte, le cash-flow disponible a augmenté de 143% au premier semestre, à 1,68 milliard d'euros.Saint-Gobain fait son entrée dans le portefeuille modèle. Le groupe va en effet profiter de la vague de rénovations en Europe: 65% de son CA sont générés sur le Vieux Continent et près de la moitié de ses ventes découlent de rénovations. L'amélioration de la rentabilité comme l'actuelle faible valorisation, à environ 0,55 fois le CA, 1,1 fois la valeur comptable, 12 fois le bénéfice attendu pour 2021 et avec un rapport valeur d'entreprise/Ebitda escompté pour 2021 supérieur à 6, rendent le titre intéressant. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 42,56 eurosTicker: SGO FPCode ISIN: FR0000125007Marché: Euronext ParisCapit. boursière: 22,67 milliards EURC/B 2019: 12C/B attendu 2020: 16,5Perf. cours sur 12 mois: +20%Perf. cours depuis le 01/01: +13%Rendement du dividende: 3,1%