La valeur ajoutée de certaines technologies n'apparaît clairement que dans des circonstances exceptionnelles. Les produits et services de Microsoft permettent à une économie mise en quarantaine de continuer à fonctionner. Les applications cloud, de même que les logiciels de vidéoconférence et d'apprentissage en ligne du groupe, se révèlent indispensables. Entre janvier et mars (3e trimestre de son exercice 2020), les ventes de Microsoft se sont envolées de 16% en glissement annuel et à cours de change constants, pour atteindre 35 milliards de dollars (consensus: 33,7 milliards). Les revenus des activités cloud de l'ensemble des départements (infrastructure et logiciels) atteignent 13,3 milliards de dollars, soit 40% de plus en un an. A 67%, la m...

La valeur ajoutée de certaines technologies n'apparaît clairement que dans des circonstances exceptionnelles. Les produits et services de Microsoft permettent à une économie mise en quarantaine de continuer à fonctionner. Les applications cloud, de même que les logiciels de vidéoconférence et d'apprentissage en ligne du groupe, se révèlent indispensables. Entre janvier et mars (3e trimestre de son exercice 2020), les ventes de Microsoft se sont envolées de 16% en glissement annuel et à cours de change constants, pour atteindre 35 milliards de dollars (consensus: 33,7 milliards). Les revenus des activités cloud de l'ensemble des départements (infrastructure et logiciels) atteignent 13,3 milliards de dollars, soit 40% de plus en un an. A 67%, la marge brute de ces mêmes activités dépasse de 4% celle dégagée 12 mois plus tôt. Teams (concurrent du célèbre Zoom), Virtual Desktop et la suite Microsoft 365 se sont particulièrement distingués. Forte d'un chiffre d'affaires (CA) de 12,3 milliards de dollars (+29% en un an), Intelligent Cloud est désormais la plus grande division du groupe. La plateforme cloud Azure enregistre une croissance de 61%. Seules les ventes de licences classiques aux PME sont quelque peu en retrait. Les ventes de l'activité Productivity & Business (CA: 16%) ont augmenté sur les marchés tant privé que des entreprises. Malgré le tassement des recettes publicitaires, LinkedIn acte une hausse de 22% de son CA. La console de jeux Xbox de More Personal Computing (+4% de CA) s'est très bien écoulée; son successeur (Xbox Series X) sera commercialisé en fin d'année. Le bénéfice brut consolidé passe à 24 milliards de dollars (+20%). La marge brute a augmenté de 2% en glissement annuel, à 69%. Le programme de rachats d'actions porte à 1,4 dollar le bénéfice par action (+27%; nouveau consensus pour l'exercice: 4,75 dollars). Microsoft pronostique pour le trimestre en cours un CA de 35,85 à 36,8 milliards de dollars. Il a achevé les trois mois précédents sur un cash-flow opérationnel de 17,5 milliards (29% de plus qu'un an auparavant; pronostic: 14,9 milliards). L'augmentation des dépenses opérationnelles n'a pas dépassé 10%. Les problèmes rencontrés au niveau de la chaîne logistique ont empêché le groupe d'investir autant que prévu; les frais de voyage et de marketing ont eux aussi été sensiblement réduits. Le cash-flow disponible (après investissements) a bondi de 25%, à 13,7 milliards de dollars (31,2 milliards sur les trois premiers trimestres de l'exercice). La rémunération des actionnaires a augmenté d'un tiers, à 9,9 milliards de dollars. Le groupe avait entamé en 2019 un programme de rachats d'actions d'une valeur de 40 milliards de dollars; 6 milliards lui ont été consacrés entre janvier et mars, contre 4,6 milliards au trimestre précédent. A cela s'est ajouté le paiement de 3,9 milliards de dollars de dividendes. Le bilan faisait état fin mars de 137,6 milliards de liquidités et d'investissements à court terme, pour une dette de long terme qui s'établit à 84 milliards. Compte tenu de l'abondance de ses cash-flows, le groupe a de quoi rémunérer ses actionnaires et financer des acquisitions.La crise sanitaire n'enraie pas la machine à cash qu'est Microsoft, dont les produits et services prouvent au contraire toute leur valeur ajoutée. Microsoft est une action de qualité; elle ne sera jamais vraiment bon marché mais vu la hausse de 50% enregistrée depuis le niveau plancher atteint mi-mars, nous allons patienter un peu. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 183,81 dollarsTicker: MSFT US Code ISIN: US5949181045Marché: NasdaqCapit. boursière: 1.384 milliards USDC/B 2019: 32C/B attendu 2020: 39Perf. cours sur 12 mois: +48%Perf. cours depuis le 01/01: +16%Rendement du dividende: 1,1%