La crise sanitaire a provoqué, au 2e trimestre, la chute du chiffre d'affaires (CA) la plus violente en 30 ans, l'augmentation de la consommation à domicile n'ayant que très partiellement compensé la quasi-disparition de la consommation à l'extérieur. Bien que les conséquences du deuxième confinement n'aient pas été aussi graves que celles du premier, le 4e trimestre n'a pas été extraordinaire. Cela dit, le recul du CA est conforme aux pronostics des analystes et l'annonce de bénéfices plus élevés que prévu a fait remonter le cours de l'action.
...

La crise sanitaire a provoqué, au 2e trimestre, la chute du chiffre d'affaires (CA) la plus violente en 30 ans, l'augmentation de la consommation à domicile n'ayant que très partiellement compensé la quasi-disparition de la consommation à l'extérieur. Bien que les conséquences du deuxième confinement n'aient pas été aussi graves que celles du premier, le 4e trimestre n'a pas été extraordinaire. Cela dit, le recul du CA est conforme aux pronostics des analystes et l'annonce de bénéfices plus élevés que prévu a fait remonter le cours de l'action. Misant résolument sur les produits sans sucre, le groupe dirigé par James Quincey avait renoué avec la croissance ces dernières années. Mais le Covid-19 est passé par là... Alors qu'il avait achevé le 2e trimestre sur une chute de 28% de son CA, Coca-Cola a réussi à limiter la casse (-5%, de 9,07 à 8,61 milliards de dollars, ce qui est proche du consensus, arrêté à 8,64 milliards de dollars) entre octobre et décembre. La croissance organique du CA (qui exclut les reprises, cessions et effets de change) a reculé de 3% seulement. Le 3e trimestre s'est achevé sur un CA à périmètre comparable de 8,7 milliards de dollars (-9%). La plongée du CA, lequel est assuré d'ordinaire pour moitié environ par la consommation à l'extérieur, s'explique naturellement par la nouvelle fermeture des cafés et des restaurants et par l'interdiction d'organiser des événements dans la majeure partie du monde. Tout cela n'a pas empêché le bénéfice opérationnel d'augmenter de 8%. Le bénéfice par action a grimpé à 0,47 dollar (+6%), alors que le consensus misait sur 0,42 dollar; il bat les prévisions des analystes depuis cinq trimestres consécutifs. James Quincey, qui promet un retour à la croissance organique du CA cette année (-9%, l'an dernier), veut plus que jamais s'orienter vers des boissons "plus saines", une approche qu'il estime rentable et à laquelle il attribue la récupération d'une part de marché. Il se concentre sur les produits moins sucrés (les ventes du Coca-Cola Zéro ont bondi de 7%, au 4e trimestre) ou naturellement peu ou pas sucrés (eaux, jus de fruits et de légumes, boissons bio, boissons pour sportifs, thés et cafés, glacés ou non), lesquels représentent désormais plus de 25% du CA du groupe, contre 15% il y a quelques années encore. Evoquons dans ce cadre la reprise (onéreuse) du producteur de café britannique Costa, et la commercialisation du café " prêt-à-boire " Coca-Cola Coffee Plus qui s'en est ensuivie. James Quincey aimerait toutefois accélérer encore le rythme des innovations. Un autre de ses chevaux de bataille est la politique de rationalisation, qui impose notamment une simplification de la gamme de produits, dont le nombre devrait passer de 300 à 200 unités environ. Aux Etats-Unis, Coca-Cola va commencer à utiliser des bouteilles PET intégralement recyclables. Sa défaite, en novembre, devant le tribunal fiscal américain, pourrait lui coûter 12 milliards de dollars de redressement d'impôt. Bien que le CA et le bénéfice soient repartis à la hausse aux 3e et 4e trimestres, après s'être effondrés au 2e, les nouveaux confinements ont limité l'ampleur du redressement. Le géant des sodas n'en reste pas moins extrêmement rentable - son CEO James Quincey fait ce qu'il faut pour cela. Le récent recul du cours rend la valorisation légèrement plus attrayante (près de 24 fois le bénéfice escompté pour 2021). Tablant sur une normalisation de la vie sociale, nous formulons une recommandation plus favorable que précédemment. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 50,68 dollarsTicker: KO USCode ISIN: US1912161007Marché: NYSECapit. boursière: 218,1 milliards USDC/B 2020: 26C/B attendu 2021: 24Perf. cours sur 12 mois: -8%Perf. cours depuis le 01/01: -4%Rendement du dividende: 3,2%