Le cours de son action est resté bas tout au long du 2e semestre, or les excellents chiffres publiés au terme du 4e trimestre témoignent de la réactivité de ce groupe canadien spécialisé dans les royalties et le streaming de métaux précieux, de pétrole et de gaz. Si les ventes du groupe se sont tassées de 3,9%, à 147.476 onces troy d'équivalent or, par rapport au 4e trimestre de 2019, la production n'en a pas moins atteint un niveau record de 521.564 onces troy d'équivalent or sur l'intégralité de l'exercice (+1%, en un an), un chiffre en outre supérieur à la fourchette visée de 475.000-505.000 onces troy d'équivalent or, certes revue à la baisse (pronostic de début 2020: 550.000-580.000 onces troy).
...

Le cours de son action est resté bas tout au long du 2e semestre, or les excellents chiffres publiés au terme du 4e trimestre témoignent de la réactivité de ce groupe canadien spécialisé dans les royalties et le streaming de métaux précieux, de pétrole et de gaz. Si les ventes du groupe se sont tassées de 3,9%, à 147.476 onces troy d'équivalent or, par rapport au 4e trimestre de 2019, la production n'en a pas moins atteint un niveau record de 521.564 onces troy d'équivalent or sur l'intégralité de l'exercice (+1%, en un an), un chiffre en outre supérieur à la fourchette visée de 475.000-505.000 onces troy d'équivalent or, certes revue à la baisse (pronostic de début 2020: 550.000-580.000 onces troy). Au dernier trimestre de 2020, l'or et l'argent s'étant vendus en moyenne respectivement 26,6% et 40,9% plus cher qu'au même trimestre un an plus tôt, le chiffre d'affaires (CA) issu des métaux précieux s'est accru de 21,3%, à 276,7 millions de dollars. Sur l'exercice, ce même CA a augmenté de 27,5%, à 928,5 millions de dollars. Les revenus du pétrole et du gaz n'ont pour leur part cessé de se redresser après le gros recul accusé au 1er semestre. Au 4e trimestre, ils se sont montés à 27,8 millions de dollars (-7,8%, en un an), et sur l'année, à 91,7 millions (-20,9 par rapport à 2019), alors que 60-75 millions de dollars seulement étaient attendus (prévision initiale: 80-95 millions). Le CA total a dépassé pour la première fois le milliard de dollars (1,02 milliard). Le cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) du 4e trimestre s'est accru en un an de 25,8%, à 253,7 millions de dollars, ou 1,33 dollar par action (1,07 dollar, en 2019), portant le Rebitda produit en 2020 à 839,6 millions de dollars (+24,7% par rapport à 2019), ou 4,41 dollars (+22,8%). Le bénéfice net est passé de 110,8 millions de dollars au 4e trimestre de 2019 à 163 millions de dollars (+47,1%) un an plus tard et de 341,5 millions de dollars sur l'intégralité de l'exercice précédent à 516,3 millions de dollars (+51,2%) en 2020. Le bénéfice net par action s'est ainsi élevé à 2,71 dollars en 2020. En 2021, Franco-Nevada s'attend à ce que la production annuelle se situe dans la fourchette de 555.000 à 585.000 onces troy d'équivalent or. Elle devrait continuer de s'accroître à Cobre Panama, où elle se hissera de 76.348 onces troy en 2020 à 105.000-125.000 onces troy d'équivalent or. En outre, depuis le 1er janvier, Condestable (accord de streaming de cuivre, d'or et d'argent), au Pérou, contribue aussi à la production du groupe. En 2025, Franco-Nevada s'attend à vendre 600.000 à 630.000 onces troy d'équivalent or - et c'est sans compter les nouveaux accords à venir -, une hausse que rendront possible l'expansion projetée de sept des actifs productifs et le démarrage de sept nouvelles mines. Le lancement de la production à Cobre Panama fut une réussite. Le groupe est confiant, puisqu'il a relevé, d'une traite, le dividende trimestriel de 15%, à 0,30 dollar par action. Franco-Nevada est dépourvu de dettes et, si l'on tient compte de sa ligne de crédit, non utilisée, de 1,1 milliard de dollars, il dispose de 1,9 milliard de dollars. Alors que le groupe avait connu un très bon premier semestre, la performance de son action au cours des six mois suivants a été anormalement faible, en 2020. Les résultats annuels comme les perspectives du groupe ont confirmé son potentiel. Le retard qu'accuse l'action constitue dès lors une opportunité d'achat. Elle demeure une valeur de base défensive, dans le portefeuille modèle. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 123,37 dollarsTicker: FNV USCode ISIN: CA3518581051Marché: NYSECapit. boursière: 23,5 milliards USDC/B 2020: 45C/B attendu 2021: 38Perf. cours sur 12 mois: +31%Perf. cours depuis le 01/01: -2%Rendement de dividende: 1%