Les annonceurs en ligne continuent de plébisciter les plateformes de Google, si bien que 2021 sera un grand cru pour Alphabet, son holding mère. La vigueur du premier semestre s'est confirmée au troisième trimestre, où le chiffre d'affaires (CA) s'est accru de 41%, à 65,1 milliards de dollars, portant le CA des trois premiers trimestres à 182,3 milliards de dollars (+45,1% en un an). Grâce à la baisse des coûts et l'allongement de la durée d'amortissement du matériel, la rentabilité s'est également bien améliorée: le bénéfice opérationnel (Ebit) s'est établi à 21 milliards de dollars (+87,6%) et donc, la marge d'Ebit, à 32,3% (24,3% un an plus tôt).
...

Les annonceurs en ligne continuent de plébisciter les plateformes de Google, si bien que 2021 sera un grand cru pour Alphabet, son holding mère. La vigueur du premier semestre s'est confirmée au troisième trimestre, où le chiffre d'affaires (CA) s'est accru de 41%, à 65,1 milliards de dollars, portant le CA des trois premiers trimestres à 182,3 milliards de dollars (+45,1% en un an). Grâce à la baisse des coûts et l'allongement de la durée d'amortissement du matériel, la rentabilité s'est également bien améliorée: le bénéfice opérationnel (Ebit) s'est établi à 21 milliards de dollars (+87,6%) et donc, la marge d'Ebit, à 32,3% (24,3% un an plus tôt). Alphabet a produit un bénéfice net de près de 19 milliards de dollars, en hausse de 68,4% en un an. Le bénéfice par action (BPA) a augmenté encore plus rapidement (+70,7%), à 27,99 dollars, car le nombre d'actions en circulation a diminué de 1,4% sur 12 mois sous l'effet des rachats. Au terme des trois premiers trimestres, le BPA net atteint 81,53 dollars (+124% en un an).Alphabet compte trois segments: Google Services, Google Cloud et Other Bets. Avec 59,9 milliards de dollars (+40,6%), Google Services a assuré 91,9% du CA du groupe. Ce segment (marge d'Ebit de 40%) est le plus rentable des trois, grâce surtout au moteur de recherche Google Search, sur lequel la publicité rapporte de plus en plus (+44%, à 37,9 milliards de dollars, en un an) et qui à lui seul a apporté 58,2% du CA consolidé. YouTube fait toujours belle figure: son CA (+43%, à 7,2 milliards de dollars) représente 11,1% des ventes totales. Le nouveau système d'exploitation d'Apple (où les utilisateurs doivent expressément autoriser l'exploitation de leurs données à des fins publicitaires) a un effet moins important sur le CA que ce que l'on craignait. Google Network (annonces sur les sites partenaires) a aussi vu son CA augmenter nettement (de près de 40%, à 8 milliards de dollars). Mais les rétributions des partenaires augmentent, si bien que la rentabilité diminue. Le CA de Google Other, qui inclut désormais les ventes de Fitbit, a fort progressé aussi (+23,3%, à 6,75 milliards de dollars). Compte tenu de la rémunération accrue des développeurs, le Playstore contribuera désormais un peu moins à la croissance. Google Cloud a, lui, enregistré une croissance de 44,9%, à 4,99 milliards de dollars. La division est toujours déficitaire sur le plan opérationnel (-644 millions de dollars au 3e trimestre) du fait des investissements élevés dans les infrastructures, mais une amélioration est à prévoir. Quant au pôle d'essai de Google, Other Bets, il a accusé une perte opérationnelle de 1,3 milliard de dollars, pour un CA de 182 millions de dollars. Alphabet produit des cash-flows abondants. Le cash-flow disponible s'est élevé à 18,7 milliards de dollars (+61,4%) au 3e trimestre, soit 48,5 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de 2021. Au 3e trimestre, Alphabet a racheté pour 12,6 milliards de dollars d'actions propres, soit une dépense de 36,8 milliards de dollars depuis janvier. Au terme du trimestre, les liquidités s'élevaient à 142 milliards de dollars et la position de trésorerie nette, à 114 milliards de dollars. En 2021, Alphabet associe croissance impressionnante des ventes et rentabilité attrayante. Certes, la base de comparaison annuelle lui est favorable, mais la publicité en ligne, de loin la plus lucrative, continue de croître. La croissance des revenus ralentira en 2022 et l'activité cloud ne sera pas encore rentable. Au cours actuel, le potentiel haussier est plutôt maigre, bien que la valorisation par rapport à la croissance ne soit pas excessive. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 2.942,57 dollarsMarché: NasdaqTicker: GOOG USCode ISIN: US02079K1079Capit. boursière: 1.928 milliards USDC/B 2020: 50C/B attendu 2021: 27Perf. cours sur 12 mois: +69%Perf. cours depuis le 01/01: +67%Rendement du dividende: -