Le groupe biopharmaceutique belge a publié un excellent rapport sur le 1er semestre de l'année. A 2,8 milliards d'euros, son chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 7% en glissement annuel et dépasse le consensus (2,7 milliards). A cours de change constants, la croissance s'élève à 11%. Les cinq produits phares d'UCB y ont contribué. Le Cimzia (immunologie) a vu ses ventes grimper de 4%, à 873 millions d'euros. Les ventes de Vimpat (épilepsie) ont progressé de 2%, à 735 millions d'euros. Le Keppra (autre anti-épileptique), qui s'est très bien vendu au Japon, a rapporté pas moins de 485 millions d'euros (hausse de 16% en un an) alors que les médicaments génériques, aux Etats-Unis comme en Europe, ne manquent pas. Le CA du Briviact (médicament plus ré...

Le groupe biopharmaceutique belge a publié un excellent rapport sur le 1er semestre de l'année. A 2,8 milliards d'euros, son chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 7% en glissement annuel et dépasse le consensus (2,7 milliards). A cours de change constants, la croissance s'élève à 11%. Les cinq produits phares d'UCB y ont contribué. Le Cimzia (immunologie) a vu ses ventes grimper de 4%, à 873 millions d'euros. Les ventes de Vimpat (épilepsie) ont progressé de 2%, à 735 millions d'euros. Le Keppra (autre anti-épileptique), qui s'est très bien vendu au Japon, a rapporté pas moins de 485 millions d'euros (hausse de 16% en un an) alors que les médicaments génériques, aux Etats-Unis comme en Europe, ne manquent pas. Le CA du Briviact (médicament plus récent contre l'épilepsie), s'est accru de 15%, à 166 millions d'euros. Quant au Neupro (maladie de Parkinson et syndrome des jambes sans repos), il a connu une croissance de 1%, à 158 millions d'euros. Le cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) s'est accru de 8%, à 843 millions d'euros (+16% à cours de change constants), un niveau bien supérieur au consensus (784 millions). La marge de Rebitda est ainsi passée de 30% à 30,3%. Le bénéfice net ajusté s'est hissé de 2,77 à 3,4 euros par action (2,95 euros attendus). UCB a dès lors confirmé ses perspectives pour 2021: un CA de 5,45-5,65 milliards d'euros, une marge de Rebitda de 27%-28% et un bénéfice net par action de 5,6-6,1 euros. Fin juin, l'organe consultatif de l'Agence européenne des médicaments (CHMP) a émis un avis positif sur le bimekizumab, un inhibiteur de l'IL(Interleukine)-17A et de l'IL-17F, médicament potentiel contre le psoriasis - avis que l'Agence suit généralement dans les deux mois. En octobre, nous saurons si l'Agence américaine des médicaments (FDA) l'approuve. Le Royaume-Uni, la Suisse, l'Australie, le Canada et le Japon se prononceront plus tard. Le bimekizumab fait l'objet de trois essais de phase III. Leurs résultats seront publiés au 4e trimestre de 2021 (arthrite psoriasique et spondylarthrite axiale) et au 4e trimestre de 2022 (maladie de Verneuil), et non plus, pour cette dernière indication, au 1er semestre de 2023, car les patients ont été recrutés plus vite que prévu. Les analystes s'attendent à ce que le CA du bimekizumab atteigne 2 à 3,5 milliards d'euros en 2029. Ce futur autre produit phare d'UCB devrait compenser l'expiration, en 2020, du brevet du Vimpat et celle, en 2024, du brevet du Cimzia, et contribuer le plus à la réalisation des objectifs, annoncés plus tôt cette année, que s'est fixés le groupe pour 2025 - il entend devenir la référence dans les cinq domaines que sont les crises d'épilepsie partielles, l'arthrite psoriasique, les maladies auto-immunes dont souffrent les femmes en âge de procréer, l'ostéoporose et la myasthénie, et vise un CA de 6 milliards d'euros au bas mot, une marge de Rebitda de 30%-35% et un bénéfice net par action de 6,9-8,1 euros, à cet horizon.Le très bon rapport semestriel et, surtout, la perspective de premières approbations, cette année, pour le bimekizumab, ont porté l'action. Elle se négocie néanmoins encore à un prix intéressant, à 15,9 fois le bénéfice attendu pour 2021 et à une valeur d'entreprise (EV) correspondant à 12,1 fois l'Ebitda escompté en 2021. Tubize, la société mère, a, après avoir apuré sa dette, augmenté de 0,2%, à 35,2%, sa participation dans UCB au 1er semestre et l'accroîtra sûrement encore dès que le cours s'affaiblira. UCB reste dans le portefeuille modèle. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 92,60 eurosTicker: UCB BBCode ISIN: BE0003739530Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 18 milliards EURC/B 2020: 17C/B attendu 2021: 16Perf. cours sur 12 mois: -14%Perf. cours depuis le 01/01: +7%Rendement du dividende: 1,4%