L'année 2019 avait été marquée par le départ du légendaire fondateur et CEO d'Alibaba, Jack Ma, et la mise en oeuvre d'un plan stratégique qui devait permettre l'entrée du plus grand groupe d'e-commerce chinois à la Bourse de Hong Kong. Le cru 2020 sera bien sûr entièrement placé sous le signe de la crise du coronavirus et des tensions commerciales qui subsistent entre les Etats-Unis et la Chine. L'entourage de Donald Trump s'est mis en tête de barrer l'accès à Wall Street aux géants technologiques chinois. Or, avec une capitalisation boursière de près de 600 milliards de dollars, Alibaba est la plus grande entreprise chinoise à la Bourse de New York - elle est donc dans le collimateur des autorités américaines.
...

L'année 2019 avait été marquée par le départ du légendaire fondateur et CEO d'Alibaba, Jack Ma, et la mise en oeuvre d'un plan stratégique qui devait permettre l'entrée du plus grand groupe d'e-commerce chinois à la Bourse de Hong Kong. Le cru 2020 sera bien sûr entièrement placé sous le signe de la crise du coronavirus et des tensions commerciales qui subsistent entre les Etats-Unis et la Chine. L'entourage de Donald Trump s'est mis en tête de barrer l'accès à Wall Street aux géants technologiques chinois. Or, avec une capitalisation boursière de près de 600 milliards de dollars, Alibaba est la plus grande entreprise chinoise à la Bourse de New York - elle est donc dans le collimateur des autorités américaines.La cotation à Hong Kong pourrait donc se révéler pertinente. Les particuliers se sont d'ailleurs rués sur le titre, proposé à 176 dollars de Hong Kong (HKD) ; l'offre a été plusieurs fois sursouscrite. A 11 milliards de dollars, c'est la plus importante introduction en Bourse de la décennie pour la place financière asiatique. Elle a donné au nouveau CEO, Daniel Zhang, les moyens de maintenir Alibaba sur une trajectoire de croissance. Or, la croissance est bien l'enjeu de cette crise du coronavirus. Ces 10 dernières années, Alibaba est devenue la plateforme d'e-commerce préférée des Chinois, comme en témoignent les ventes extraordinaires réalisées chaque année à l'occasion de la journée des célibataires, le 11 novembre. Les chiffres de la croissance du chiffre d'affaires (CA) et des bénéfices donnent le vertige. Depuis l'exercice 2011-2012, le CA, en glissement annuel, a augmenté successivement de 68,2%, 72,4%, 52,1%, 45,1%, 32,7%, 56,5%, 58,1% et, pour l'exercice 2019 (clos au 31 mars), de 50,6%. Analystes et investisseurs attendaient anxieusement de connaître l'impact du Covid-19 sur la croissance d'Alibaba, et donc de l'e-commerce en Chine. La plus grande capitalisation boursière d'Asie a présenté fin mai ses résultats annuels pour l'exercice 2019-2020. Les chiffres du dernier trimestre portaient les stigmates du coronavirus, avec un recul de 22% du CA. Sur l'ensemble de l'exercice, le CA a augmenté de 35%, de 377 à 509,7 milliards de yuans (CNY), ou 71,98 milliards de dollars (USD). A titre de comparaison, 10 ans auparavant, les ventes n'atteignaient que 20,02 milliards de CNY. Mais le géant chinois de l'e-commerce a rompu avec les taux de croissance supérieurs à 50% des trois exercices précédents. Ce ralentissement était inévitable dans le contexte de l'apparition du Covid-19. Si les ventes de produits alimentaires et d'épicerie ont encore augmenté, le prêt-à-porter en ligne, surtout, a fortement reculé. Or, c'est la catégorie la plus importante pour Alibaba. Fin mars, le groupe comptait 846 millions d'utilisateurs mobiles actifs, soit 125 millions de plus qu'un an auparavant. L'évolution du cash-flow opérationnel (Ebitda) a été un peu moins impressionnante, avec une hausse de 29% sur l'exercice écoulé, à 157,66 milliards CNY ou 12,91 milliards USD - contre 6,02 milliards CNY pour l'exercice 2011-2012. Le bénéfice est ressorti à 55,93 CNY, ou 7,90 USD par action, une hausse de 38%. L'évolution du bénéfice net a toutefois été freinée par les pertes sur les investissements réalisés dans d'autres entreprises cotées au trimestre écoulé. Parmi les activités lancées avec succès ces dernières années figure le déploiement de services cloud, pour lesquels 5.000 embauches sont prévues. Alibaba détenait fin 2019 46,4% du marché chinois du cloud, contre 18% pour le numéro deux, Tencent. L'activité a crû de 58% au quatrième trimestre de 2019. L'action a réagi de manière négative à la publication des chiffres, car les prévisions de croissance pour l'année 2020-2021 ont été abaissées de 35 à 27,5%. Le parcours de croissance d'Alibaba est véritablement impressionnant. Les perspectives restent favorables, mais il est clair que la hausse des ventes sera moins soutenue. Sur la base d'un rapport cours/bénéfice attendu de 26 et d'un rapport valeur de l'entreprise/Ebitda escompté de 18, l'action n'est pas bon marché. Mais Alibaba affiche toujours une croissance supérieure à la moyenne. L'action a relativement bien résisté à l'hystérie suscitée par le coronavirus, notamment grâce au solide ancrage financier du groupe (environ 35 milliards de dollars de trésorerie nette). Nous attendons une correction cet été pour émettre de nouveau un conseil positif.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 217,64 dollarsTicker: BABA USCode ISIN: US01609W1027Marché: NYSECapit. boursière: 586,5 milliards USDC/B 2019: 38C/B attendu 2020: 26Perf. cours sur 12 mois: +42%Perf. cours depuis le 01/01: +3%Rendement du dividende : -