Le portefeuille de Gimv s'était parfaitement bien comporté jusqu'au début du mois de mars. Les entreprises dans lesquelles la société d'investissement détient des participations avaient achevé l'année 2019 sur un chiffre d'affaires et des cash-flows opérationnels en hausse de 12% et de 9% respectivement. Elles avaient également bien entamé 2020... jusqu'à ce qu'éclate la crise sanitaire. L'implosion des Bourses a contraint Gimv à acter une très forte dépréciation de son portefeuille.
...

Le portefeuille de Gimv s'était parfaitement bien comporté jusqu'au début du mois de mars. Les entreprises dans lesquelles la société d'investissement détient des participations avaient achevé l'année 2019 sur un chiffre d'affaires et des cash-flows opérationnels en hausse de 12% et de 9% respectivement. Elles avaient également bien entamé 2020... jusqu'à ce qu'éclate la crise sanitaire. L'implosion des Bourses a contraint Gimv à acter une très forte dépréciation de son portefeuille.Il se trouve que l'exercice décalé de Gimv s'achève le 31 mars; or autour du 31 mars de cette année, les Bourses étaient au plus bas, ce qui a considérablement pesé sur les résultats. Le portefeuille a subi une dépréciation de 195 millions d'euros, alors que les plus-values réalisées et les dividendes perçus n'ont pas dépassé 83 millions d'euros. Le résultat du portefeuille s'établit par conséquent à -112 millions d'euros, en baisse de 10%. Le groupe coté sur Euronext Bruxelles a achevé l'exercice sur un résultat net en recul de 151 millions d'euros, à quoi correspond une valeur comptable de 43,5 euros par action à peine.Mais Gimv a su profiter de l'extraordinaire remontée des Bourses qui a suivi, puisque son titre cote désormais moyennant une prime de 20% par rapport à la valeur comptable atteinte le 31 mars. Au 31 mars toujours, le portefeuille était évalué à 6,8 fois le cash-flow opérationnel; c'est peu, surtout pour un panier d'entreprises dont la croissance était, jusqu'à la crise, satisfaisante. Sa jeunesse (trois ans d'âge moyen) rend le portefeuille très prometteur. La crise pèsera à des degrés très divers - en fonction du secteur - sur les sociétés qui le composent mais l'un dans l'autre, il devrait pouvoir s'en sortir sans trop de casse. La conjoncture économique est toutefois beaucoup trop incertaine pour que la direction se hasarde à pronostiquer quoi que ce soit, d'autant que l'optimisme dont les Bourses font preuve à l'égard du redressement escompté pour l'an prochain pourrait s'avérer très exagéré. Koen Dejonckheere, le CEO du groupe, se dit surpris par le rétablissement des marchés, et s'attend à une reprise économique lente.La crise n'aura ceci dit pas eu que des répercussions négatives, puisque les dépréciations d'entreprises vont permettre à Gimv de faire travailler une trésorerie bien fournie. La société belge de dimension européenne a en caisse 398 millions d'euros, à quoi s'ajoutent pour 200 millions d'euros de lignes de crédit non utilisées. Alors que les sociétés d'investissement n'avaient cessé de surenchérir, ces dernières années, pour acquérir des cibles intéressantes, la donne a aujourd'hui radicalement changé. " Le marché est à nouveau mené par les acheteurs ", commente Koen Dejonckheere. Un glissement qui accroît les chances dont dispose Gimv de conclure des opérations intéressantes et de dégager des plus-values plus élevées.La solidité de son bilan autorise Gimv à maintenir son dividende à 2,5 euros par action. L'investisseur peut choisir de se faire payer en liquide ou en actions, cette deuxième solution permettant à la société de conserver, pour l'investir, une part plus importante de sa trésorerie.Gimv n'est pas épargnée par la crise. Son portefeuille a considérablement souffert de la chute des valeurs boursières et l'on ignore pour l'heure comment vont se comporter, sur le plan opérationnel, les entreprises dans lesquelles elle détient des participations. Elle a en tout cas largement les moyens de conclure d'intéressantes transactions. Le titre est le reflet fidèle d'un portefeuille sain et correctement valorisé. Nous conseillons toujours de le conserver.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 50,50 eurosTicker: GIMB BBCode ISIN: BE0003699130Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,3 milliard EURC/B 2019: -C/B attendu 2020: 12Perf. cours sur 12 mois: -5%Perf. cours depuis le 01/01: -10%Rendement du dividende: 5%