La Compagnie des Alpes (CDA) vit une période difficile, comme le rappellent, eux aussi, les résultats du premier semestre de l'exercice 2020/21 (qui sera clos le 30 septembre). Numéro un du secteur, le groupe possède 11 domaines skiables dans les Alpes françaises, dont des stations mondialement connues (Tignes, La Plagne et Val d'Isère, pour ne citer qu'elles). Du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021, en raison des confinements, il n'a pu générer que 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires (CA); au même semestre de l'exercice 2019/20, il avait réalisé un CA de 350,2 millions d'euros, ou 99,3% (!) de plus, même si ce montant était déjà en baisse de près de 19% en glissement annuel. Et dire que mi-mars 2020, juste avant le premier confinement, les domaines skiabl...

La Compagnie des Alpes (CDA) vit une période difficile, comme le rappellent, eux aussi, les résultats du premier semestre de l'exercice 2020/21 (qui sera clos le 30 septembre). Numéro un du secteur, le groupe possède 11 domaines skiables dans les Alpes françaises, dont des stations mondialement connues (Tignes, La Plagne et Val d'Isère, pour ne citer qu'elles). Du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021, en raison des confinements, il n'a pu générer que 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires (CA); au même semestre de l'exercice 2019/20, il avait réalisé un CA de 350,2 millions d'euros, ou 99,3% (!) de plus, même si ce montant était déjà en baisse de près de 19% en glissement annuel. Et dire que mi-mars 2020, juste avant le premier confinement, les domaines skiables avaient vu leur chiffre augmenter de 2,5% en un an ! Le groupe exploite par ailleurs 13 parcs d'attractions, donc quatre en Belgique - Walibi, Aqualibi, Bellewaerde et Bellewaerde Aquapark, six en France, un en Suisse, un en Autriche et un au Canada. Dans ce secteur, la CDA occupe la quatrième place du palmarès européen, avec un CA de 103,2 millions d'euros au premier semestre de l'exercice 2019/20. Du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021, le CA du segment n'a atteint que 27,6 millions d'euros, en baisse de 73,3%. Si l'on y inclut celui de la troisième division (l'agence de voyages Travelfactory et les services de conseil pour la construction de parcs d'attractions, principalement hors d'Europe), le CA du groupe a plongé de 93,3% au premier semestre, à 31,5 millions d'euros (470,5 millions d'euros un an plus tôt). Le résultat d'exploitation (Ebit) s'est, de façon logique, inscrit dans le rouge, à -137,7 millions d'euros; il s'établissait à +74,5 millions d'euros un an auparavant. Le résultat net a pour sa part plongé de 47,7 millions d'euros à -122,6 millions d'euros; grâce à l'aide de 83 millions d'euros versée par le gouvernement français pour compenser la fermeture des pistes, le groupe a évité une perte encore plus marquée. De 514 millions d'euros au 31 décembre 2020, la trésorerie se montait à 416,4 millions d'euros le 31 mars 2021. A cette date, la dette financière nette de la CDA atteignait 979,9 millions d'euros, alors qu'elle était de 577,9 millions d'euros 12 mois plus tôt. Si l'on fait abstraction de la norme IFRS-16, applicable aux contrats de leasing, elle a augmenté de 465,3 à 807 millions d'euros. La dernière année "normale", donc celle qui a précédé l'éclatement de la pandémie, le groupe avait produit un cash-flow d'exploitation (Ebitda) de 237 millions d'euros; il doit veiller à renforcer sa position financière. La CDA entend lever environ 231 millions d'euros par le biais d'une augmentation de son capital avec maintien du droit préférentiel de souscription. Le prix de souscription a été fixé à 9,40 euros par action. Chaque action détenue donne droit à une action nouvelle. La période de souscription court du 14 au 23 juin. Dans le cadre de cette opération, par l'intermédiaire d'Alychlo, qui accumule décidément les positions dans le secteur des loisirs, Marc Coucke acquerra quelques pour cent de la CDA; lui qui en détenait déjà 50.000 actions (0,2%) s'est engagé à en acheter pour près de 10 millions d'euros à Sofival, l'un des actionnaires de référence de la CDA. En accroissant considérablement son capital, la CDA va pouvoir clore une période particulièrement difficile. Nous participerons à l'augmentation de capital: nous achèterons 100 actions supplémentaires. Digne d'achat, le titre reste dans le portefeuille modèle. Paru sur initiedelabourse.be le 9 juinConseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 21,50 eurosMarché : Euronext ParisTicker : CDA FPCapit. boursière : 526,75 millions EURC/B 2020 : -C/B attendu 2021 : -Perf. cours sur 12 mois : -1 %Perf. cours depuis le 01/01 : +13 %Rendement du dividende : -