Fondée en 1989 pour exploiter des domaines skiables, la Compagnie des Alpes est aujourd'hui le numéro 10 des loisirs. Elle est propriétaire de onze stations de sports d'hiver et détient une participation minoritaire dans quatre autres (comme Chamonix). Sur la liste figurent les domaines renommés de La Plagne, Tignes, Les Arcs, Méribel, Val d'Isère, Avoriaz, etc. Depuis 2001, elle exploite également des parcs de divertissement, avant tout les parcs Walibi. Au total, il s'agit de douze parcs, dont la Compagnie est généralement l'actionnaire majoritaire. Trois parcs se trouvent en Belgique : à Wavre, Walibi Belgium et Aqualibi Belgium, et à Y...

Fondée en 1989 pour exploiter des domaines skiables, la Compagnie des Alpes est aujourd'hui le numéro 10 des loisirs. Elle est propriétaire de onze stations de sports d'hiver et détient une participation minoritaire dans quatre autres (comme Chamonix). Sur la liste figurent les domaines renommés de La Plagne, Tignes, Les Arcs, Méribel, Val d'Isère, Avoriaz, etc. Depuis 2001, elle exploite également des parcs de divertissement, avant tout les parcs Walibi. Au total, il s'agit de douze parcs, dont la Compagnie est généralement l'actionnaire majoritaire. Trois parcs se trouvent en Belgique : à Wavre, Walibi Belgium et Aqualibi Belgium, et à Ypres, Bellewaerde. Elle détenait encore 13 parcs il y a peu, mais a vendu le parc allemand Fort Fun (chiffre d'affaires le plus récent : 5,9 millions d'euros) au fonds Ergon Capital Partners. Ces dernières années, la Compagnie des Alpes s'est offert une expansion internationale avec les musées Grévin (statues de cire). Elle en a ouvert à Montréal (2013), Prague (2014) et Séoul (2015). L'an dernier, elle inaugurait Chaplin's World en Suisse. Et en février dernier, elle a conclu un contrat d'assistance avec le groupe chinois Thaiwoo Ski Resort. La Chine joue également un rôle dans la récente évolution du cours de l'action. Des rumeurs circulent régulièrement au sujet de l'intérêt que témoignerait un groupe chinois envers la Compagnie des Alpes. Pour l'heure, rien de concret n'a filtré.Après plusieurs années difficiles, on note une amélioration ces deux dernières années, y compris sur le plan de la rentabilité. À l'exercice écoulé 2015-2016 (clos le 30/9), on notait une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 4,4%, à 720,2 millions d'euros. Cette tendance s'est confirmée au premier semestre (d'octobre à mars) de l'exercice 2016-2017, avec une augmentation du CA de 3,7%, à 460,12 millions d'euros. C'est naturellement la période la plus lucrative pour les domaines skiables, qui représentent 80% du CA sur cette période. Dans ce segment, la croissance ressort à 1,7%. Les parcs de loisirs se sont encore mieux portés, avec une hausse de 8,2% de leur CA, à 83,7 millions d'euros. Le pôle Développement international, plus petit, a pour sa part affiché une hausse spectaculaire de son CA, de 156% à 6,6 millions d'euros. Mais cette avancée a peu d'incidence sur l'ensemble du groupe, vu sa contribution de 1,5% à peine au CA global. La valorisation de la Compagnie reste intéressante, à 17 fois le bénéfice escompté cette année, mais surtout à seulement 0,8 fois la valeur comptable attendue et 5,5 fois le rapport attendu entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (EBITDA).L'an dernier, la progression du cours de la Compagnie des Alpes a finalement récompensé l'investisseur patient (depuis quelques années). Sur la base de la valorisation moyenne de Parques Reunidos (valeur intrinsèque de 29euros par action), le potentiel d'appréciation du cours demeure suffisant pour justifier un conseil positif.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BDevise : euro (EUR)Marché : ParisCapit. boursière : 630 millions EURC/B 2016 : 19C/B attendu 2017 : 17Perf. cours sur 12 mois : + 74 %Perf. cours depuis le 01/01 : + 37 %Rendement du dividende : 1,55 %