Total met tout en oeuvre pour montrer l'importance de son virage climatique. Son nouveau nom - TotalEnergies - exprime l'abandon d'une production exclusivement axée sur les combustibles fossiles. Les activités vertes sont concentrées dans une nouvelle division qui comprend la vente de gaz naturel liquide et d'électricité et la production d'énergies renouvelables. Cette division a achevé le premier trimestre sur un bénéfice d'environ 1 milliard de dollars, pour un bénéfice consolidé de 3 milliards de dollars. Le pôle Energies renouvelables "pures" a dégagé un cash-flow opérationnel de 148 millions de dollars; il n'est donc pas encore suffisamment développé pour contribuer au versement du dividende, qui a coûté 7,2 milliards de dollars au groupe l'an der...

Total met tout en oeuvre pour montrer l'importance de son virage climatique. Son nouveau nom - TotalEnergies - exprime l'abandon d'une production exclusivement axée sur les combustibles fossiles. Les activités vertes sont concentrées dans une nouvelle division qui comprend la vente de gaz naturel liquide et d'électricité et la production d'énergies renouvelables. Cette division a achevé le premier trimestre sur un bénéfice d'environ 1 milliard de dollars, pour un bénéfice consolidé de 3 milliards de dollars. Le pôle Energies renouvelables "pures" a dégagé un cash-flow opérationnel de 148 millions de dollars; il n'est donc pas encore suffisamment développé pour contribuer au versement du dividende, qui a coûté 7,2 milliards de dollars au groupe l'an dernier.Les énergies renouvelables aimantent les investissements. TotalEnergies investira 12 à 13 milliards de dollars cette année, dont 20% au moins dans cette activité (2 milliards ont été investis au premier trimestre déjà). Il entend faire passer son cash-flow opérationnel de 24 milliards de dollars environ en 2021 à 30 milliards d'ici à 2030, compte tenu d'un pétrole à 50 à 60 dollars le baril. Le gaz naturel liquide et les énergies renouvelables devraient assurer la moitié de l'augmentation du cash-flow.A court et moyen terme, les résultats de TotalEnergies resteront largement dépendants des prix du pétrole et du gaz. Le net rebond du cours de l'or noir a permis aux bénéfices de se redresser eux aussi. Le bénéfice net ajusté a augmenté de 69% au premier trimestre par rapport à la même période l'année dernière, quand l'éclatement de la crise sanitaire avait fait plonger les cours. Le prix du pétrole tournant aujourd'hui autour de 70 dollars le baril, TotalEnergies dispose d'un cash-flow plus que suffisant pour financer les investissements prévus et payer le dividende, fixé à 2,64 euros par action au titre de l'exercice 2020. Le bilan demeure très bon. L'endettement net représente moins de 20% des fonds propres et la structure de coûts compte parmi les plus faibles des compagnies pétrolières occidentales.Si le cours du pétrole s'est redressé, c'est grâce à la reprise de la demande et à la politique de production disciplinée de l'Opep. A brève échéance, des augmentations de prix semblent peu probables, car les réserves disponibles sur le marché sont suffisantes. A un peu plus long terme, Total évoque de possibles pénuries d'approvisionnement, les investissements dans les projets destinés à répondre à l'accroissement de la demande d'ici à 2025 étant jugés insuffisants. Selon l'Agence internationale de l'énergie, il ne faut, pour atteindre les objectifs climatiques de Paris, plus investir dans de nouveaux projets. Les compagnies pétrolières pourraient avoir à déprécier une partie de leurs réserves. TotalEnergies a 12 ans de production prouvée et 18 ans de réserves prouvées et probables devant lui. Il a été en mesure de remplacer ces trois dernières années chaque tranche de 100 barils de réserves pompées par 127 barils de réserves nouvelles.Le redressement des cours du pétrole est à l'origine d'une nette reprise des bénéfices de TotalEnergies. A un ratio cours/bénéfice de 11 et à plus de 6% de rendement du dividende, la valorisation est attrayante. Mais le spectre de la transition énergétique plane sur les compagnies pétrolières occidentales, ce qui réduit l'appétit des investisseurs et les valorisations au sein du secteur. Nous nous attendons à ce que l'action stagne ces prochaines années. Nous conseillons toujours de la conserver. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 39,3 eurosTicker: TTECode ISIN: FR0000120271Marché: Euronext ParisCapit. boursière:126 milliards EURC/B 2020: 30C/B attendu 2021: 11Perf. cours sur 12 mois: +2%Perf. cours depuis le 01/01: +15%Rendement du dividende: 6,4%