Le cours du fleuron biotech belge s'est envolé de 35% depuis le 1er janvier. Cette ascension s'ajoute aux hausses phénoménales de 2017 (+229%) et de 2018 (+62%). Le titre reste très largement soutenu par l'impressionnante base actionnariale aux Etats-Unis et par le flux de bonnes nouvelles.
...

Le cours du fleuron biotech belge s'est envolé de 35% depuis le 1er janvier. Cette ascension s'ajoute aux hausses phénoménales de 2017 (+229%) et de 2018 (+62%). Le titre reste très largement soutenu par l'impressionnante base actionnariale aux Etats-Unis et par le flux de bonnes nouvelles. La hausse s'est amorcée en décembre. Lors du prestigieux congrès annuel de la Société américaine d'hématologie (ASH), argenx a fait le point sur son anticorps ARGX-113 (l'efgartigimod) et son anti-cancéreux ARGX-110 (le cusatuzumab): les doutes qui entouraient l'efgartigimod depuis la publication, en septembre, des résultats de la première étude de phase II sur des patients atteints du purpura thrombopénique immunologique (PTI) ont été balayés. L'étude de phase III démarrera au second semestre. Pour traiter la myasthénie, l'efgartigimod fait depuis septembre l'objet d'une étude de phase III. Autre affection (dermatologique) pour laquelle il est testé: le pemphigus vulgaire, pour lequel le troisième et dernier volet de l'étude de phase II démarrera sous peu. Au second semestre débutera une étude de phase II pour la polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC). L'efgartigimod est actuellement administré en intraveineuse, mais la voie sous-cutanée sera testée sous peu lors d'une étude de phase II (PTI). La biotech a d'ailleurs signé en février une licence exclusive avec l'entreprise californienne Halozyme Therapeutics pour l'utilisation de sa technologie d'administration supérieure (Enhanze) avec trois molécules, dont l'efgartigimod. Elle a mis sur la table 30 millions de dollars et les paiements d'étape pourraient atteindre 160 millions. Lors du congrès de l'ASH, elle a créé la surprise avec ses excellents résultats intermédiaires pour l'étude de phase I/II testant l'action du cusatuzumab sur la leucémie aiguë myéloblastique (LAM), et annoncé la signature d'une licence avec Janssen, filiale de Johnson & Johnson (JNJ). Elle a perçu en janvier un paiement d'étape de 300 millions de dollars et JNJ a pris une participation de 200 millions (4,68% du capital), à 100,02 euros par action (prime de 16% lors de l'annonce). Ensemble, les deux partenaires accéléreront la recherche de traitements, à l'aide du cusatuzumab, pour un plus grand nombre de maladies. Parallèlement, argenx a conservé l'option de répartition à parts égales des gains sur le marché américain au travers de royalties, première phase avant le déploiement d'une structure commerciale. La première franchise concerne les maladies musculaires (l'efgartigimod pour la myasthénie, voire, plus tard, la PIDC); la deuxième portera sur les affections hématologiques (le cusatuzumab pour la LAM, l'efgartigimod pour la PTI). Du reste, la biotech collabore intensément avec des universitaires du plus haut niveau au sein de l'Innovative Access Program.La prochaine date attendue des investisseurs est le 22 mai: lors de la journée R&D, nous en apprendrons davantage sur les nouvelles molécules ARGX-117 et ARGX-118. D'ARGX-117, nous savons déjà qu'elle est susceptible d'être utilisée dans un large spectre de maladies auto-immunes et d'être complémentaire de l'efgartigimod.L'évolution du pipeline est impressionnante. Nous attendons le 22 mai avec impatience. Vu l'envol du cours, nous ne sommes plus acheteurs - nous avons même continué à alléger notre position; argenx n'en demeure pas moins notre participation la plus importante dans ce secteur. Conseil: conserver/attendreRisque: élevéRating: 2CCours: 114,9 eurosTicker: ARGX BBCode ISIN: NL0010832176Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 4,33 milliards EURC/B 2018: -C/B attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: +87%Perf. cours depuis le 01/01: +35%Rendement du dividende: -