Le chiffre d'affaires de Lotus Bakeries a gagné 23,2% à 507 millions d'euros, notamment grâce à l'impact de deux acquisitions au Royaume-Uni, Natural Balance Foods (avec les marques Nakd et Trek) et Urban Fresh Foods (marques Bear et Urban Fruit), qui ont permis à l'entreprise de devenir également un acteur d'envergure respectable sur le marché des en-cas naturels et sains. Mais ce n'est pas tout. Le biscuitier a enregistré une croissance interne à deux chiffres, ce qui peut être considéré comme exceptionnel.
...

Le chiffre d'affaires de Lotus Bakeries a gagné 23,2% à 507 millions d'euros, notamment grâce à l'impact de deux acquisitions au Royaume-Uni, Natural Balance Foods (avec les marques Nakd et Trek) et Urban Fresh Foods (marques Bear et Urban Fruit), qui ont permis à l'entreprise de devenir également un acteur d'envergure respectable sur le marché des en-cas naturels et sains. Mais ce n'est pas tout. Le biscuitier a enregistré une croissance interne à deux chiffres, ce qui peut être considéré comme exceptionnel. La performance est d'autant plus impressionnante que dans la foulée du référendum sur le Brexit, la livre a perdu 13,6% entre fin 2016 et fin 2015, ce qui a coûté 15 millions d'euros de croissance de chiffre d'affaires supplémentaires au géant des biscuits. Les cash-flows opérationnels récurrents (REBITDA, hors éléments uniques) ont également gagné 23% et franchi pour la première fois la barre des 100 millions d'euros (101,6 millions d'euros). Le bénéfice opérationnel récurrent (REBIT) a fait un bond de près de 30% (+29,6%) à 83,9 millions d'euros. Le résultat net s'est établi à 62,4 millions d'euros, soit une hausse de 37%. Le dividende a été relevé de 14,2 à 16,2 euros brut par action. L'augmentation du chiffre d'affaires provient avant tout - c'est compréhensible - du Royaume-Uni, suivi par ce marché de croissance autonome fantastique que constituent aujourd'hui les États-Unis. Avec 1 milliard de spéculoos vendus, c'est désormais le pays le plus important pour ce produit dont il prend à son compte 22% du chiffre d'affaires, contre 16% pour la Belgique. Or la pénétration du marché américain par Lotus Biscoff ne dépasse toujours pas 2%, ce qui illustre le potentiel de croissance à long terme de Lotus Bakeries aux États-Unis. La construction de l'usine de Mebane (Caroline du Nord), qui doit être opérationnelle d'ici 2019, n'intervient donc pas trop tôt. Mais le potentiel est tout aussi énorme ailleurs. Le spéculoos ne fera son arrivée sur des marchés de consommateurs gigantesques comme l'Inde et l'Indonésie que cette année. N'oubliez pas non plus le potentiel de croissance gigantesque des en-cas naturels et sains. Un marché qui n'en est encore qu'à ses balbutiements et où Lotus Bakeries jouera un rôle significatif. Et pas uniquement en Grande-Bretagne, comme le prouve le succès du lancement des marques Nakd et Bear précitées aux Pays-Bas avec l'appui de Albert Heijn. Leur introduction sur le marché belge est prévue cette année. D'aucuns ont dès lors froncé les sourcils à la lecture des prévisions " prudentes " pour cette année et en particulier le premier semestre. La faiblesse de la livre pèsera sensiblement sur le chiffre d'affaires au cours des six premiers mois de l'année et le principal inconvénient d'une année " exceptionnelle " est qu'elle relève considérablement la base de comparaison. Mais un léger ralentissement de la croissance au premier semestre 2017 vaudra à peine une note de bas de page dans l'histoire spectaculaire de l'entreprise. Au début cette année, nous avons profité d'un léger repli de l'action pour porter la note à " digne d'achat ". Malgré une valorisation assez élevée (28 fois le bénéfice attendu en 2017 et un rapport valeur d'entreprise/cash-flows opérationnels de 17), le potentiel de croissance de l'entreprise pour les années à venir reste assez unique. Cette note doit par conséquent être expressément considérée dans une perspective à long terme de cinq à dix ans, toute correction offrant l'opportunité de compléter la position.Conseil : digne d'achatRisque : faibleRating : 1ADevise : euro (EUR)Marché : Euronext BruxellesCapitalisation boursière : 1,98 milliard EURC/B 2016 : 32C/B attendu 2017 : 28Perf. cours sur 12 mois : +45 %Perf. cours depuis le 01/01 : -2,5 %Rendement du dividende : 0,6 %