Les chiffres annuels de l'exercice 2019-2020 (clos le 29/2/2020) de Suedzucker ont été accueillis de manière plutôt neutre. L'action avait subi de fortes pressions en mars en raison de la propagation rapide du Covid-19; les planchers de fin 2018/début 2019 avaient de nouveau été touchés. Mais le cours s'est depuis redressé.
...

Les chiffres annuels de l'exercice 2019-2020 (clos le 29/2/2020) de Suedzucker ont été accueillis de manière plutôt neutre. L'action avait subi de fortes pressions en mars en raison de la propagation rapide du Covid-19; les planchers de fin 2018/début 2019 avaient de nouveau été touchés. Mais le cours s'est depuis redressé.Le sucre, dont l'offre a été fortement excédentaire pendant de nombreuses années, semblait avoir atteint un étiage en 2019, mais un nouveau plancher a été touché en avril. Depuis, un redressement s'est amorcé, car l'on attend en 2020 un déficit (estimé en janvier à 10,9 millions de tonnes), dans un contexte de réduction des capacités de production et de faibles précipitations à l'été 2018 et 2019.Sur l'exercice écoulé, Suedzucker a vu son chiffre d'affaires (CA) baisser de 6,75 milliards d'euros à 6,67 milliards d'euros (-1,2%, contre -4,6% au premier semestre, puis -3,2% sur neuf mois), toujours principalement du fait du net recul du CA dans le segment du sucre (de 2,59 à 2,26 milliards d'euros, soit -12,8%, avec toutefois une atténuation du recul au cours de l'exercice). Suedzucker a atteint son objectif annuel de production de 4,5 millions de tonnes (4,7 millions à l'exercice précédent), à partir de 28,4 millions de tonnes de betteraves (29,3 millions de tonnes en 2018-2019). Ce groupe contrôlé depuis de nombreuses années par une coopérative de quelque 30.000 producteurs de betteraves sucrières (56% des actions) reste de loin le plus grand producteur de sucre en Europe, mais s'est depuis 10 ans diversifié dans le bioéthanol (via sa filiale cotée Crop Energies, l'un des leaders européens du secteur), les préparations et concentrés de fruits (numéro 1 en Europe) et les spécialités (numéro 1 en Europe de la pizza surgelée). Cette dernière branche, qui a vu son CA passer de 2,29 à 2,41 milliards d'euros, a compensé 115 des 3.307 millions d'euros de CA perdu sur le sucre, et sa contribution au CA global a dépassé celle du sucre. L'évolution du bénéfice opérationnel (Ebit) s'est inversée sur l'exercice, de -47% au premier semestre à une hausse vertigineuse sur 12 mois - de 27 à 116 millions d'euros, malgré une contribution négative de 236 millions d'euros du sucre (-239 millions à l'exercice précédent), compensée par les spécialités (Ebit de 156 à 190 millions d'euros), mais aussi par Crop Energies (Ebit de 33 à 104 millions d'euros). Les préparations et concentrés de fruits ont connu un sort moins favorable, avec un Ebit en baisse de 77 à 58 millions d'euros malgré un CA en légère hausse (+0,5%, à 1,185 milliard d'euros). En dépit de la crise sanitaire, la direction table sur une hausse du CA à l'exercice 2020-2021, à 6,9-7,2 milliards d'euros. Le CA du sucre devrait augmenter sensiblement, celui de Crop Energies baisser fortement au vu des cours très bas du pétrole. Le segment du sucre devrait terminer à l'équilibre, avec un Ebit compris entre -40 et +60 millions d'euros. Les spécialités devraient pouvoir réitérer la belle performance de 2019-2020 en termes de rentabilité, tandis que le segment des fruits devrait s'améliorer quelque peu. Le groupe table ainsi sur un Ebit de 300-400 millions d'euros.Le redressement de l'action se poursuit tant bien que mal. Les perspectives pour l'exercice annuel courant sont prometteuses. Le potentiel d'appréciation du cours sur plusieurs années est par ailleurs toujours présent. Mais nous vendons notre position dans le portefeuille modèle, car nous estimons que le repli consécutif à la crise a généré d'autres opportunités plus intéressantes. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 14,54 eurosTicker: SZU GRCode ISIN: DE0007297004Marché: FrancfortCapit. boursière: 2,96 milliards EURC/B 2019-2020: -C/B attendu 2020-2021: -Perf. cours sur 12 mois: +4%Perf. cours depuis le 01/01: -10% Rendement du dividende: 1,5%