Contrairement à la plupart des géants de la tech, Facebook a achevé le 1er trimestre sur d'excellents résultats. Son titre, de plus de 20% plus élevé qu'en début d'année, a dépassé les prévisions. Aucune des tempêtes qui ont secoué l'entreprise (l'émergence d'autres réseaux sociaux, le scandale Cambridge Analytica et les accusations de violation des règles de la concurrence, notamment) n'est jamais parvenue à la faire vaciller.
...

Contrairement à la plupart des géants de la tech, Facebook a achevé le 1er trimestre sur d'excellents résultats. Son titre, de plus de 20% plus élevé qu'en début d'année, a dépassé les prévisions. Aucune des tempêtes qui ont secoué l'entreprise (l'émergence d'autres réseaux sociaux, le scandale Cambridge Analytica et les accusations de violation des règles de la concurrence, notamment) n'est jamais parvenue à la faire vaciller.Son succès s'explique par la croissance explosive des publicités numériques et personnalisées, auxquelles ses outils se prêtent parfaitement. Le chiffre d'affaires (CA) a augmenté de près de moitié en glissement annuel, à 26,17 milliards de dollars, au 1er trimestre (2,5 milliards de plus que le consensus); de ce montant, 25,44 milliards proviennent de la publicité, dont les revenus ont bondi de 42%. Les ventes d'espaces publicitaires ont augmenté de 12% et le prix moyen par annonce s'est envolé de 30%. Le nombre d'utilisateurs quotidiens a cru de 8% en un an, à près de 1,88 milliard (consensus: 1,89 milliard); l'augmentation avait été de 11% au 4e trimestre de 2020. Le nombre d'utilisateurs actifs chaque mois est passé à 2,85 milliards (+10%; 2,86 milliards escomptés); 3,45 milliards d'internautes ont utilisé une des plateformes du groupe (Facebook, Messenger, Instagram ou WhatsApp) au moins au cours du mois précédent. Au 4e trimestre, ce chiffre était de 3,3 milliards de personnes. Le nombre d'utilisateurs nord-américains (Etats-Unis et Canada) est à peu près stable depuis plusieurs trimestres; il est de 195 millions d'unités par jour, contre 198 millions (un sommet) au 2e trimestre de 2020. L'utilisateur nord-américain a rapporté en moyenne 48,03 dollars, soit 32% de plus qu'un an auparavant; l'utilisateur européen n'a généré, lui, que 15,49 dollars, l'asiatique, 3,94 dollars. L'Amérique du Nord fournit 10% environ des utilisateurs, et 47% des revenus publicitaires (25% et 19% respectivement des revenus pour l'Europe et l'Asie). Cette concentration pourra poser problème, lorsque l'augmentation du prix par annonce ralentira. Facebook pronostique une légère croissance en glissement trimestriel entre avril et juin. A partir du 2e semestre, la base de comparaison sera moins propice, ce qui pèsera sur le taux de croissance. Rien n'indique pour l'heure que l'attention accrue portée à la confidentialité des données pourrait faire baisser les tarifs publicitaires. L'action introduite par la Federal Trade Commission à propos de l'utilisation abusive des données de WhatsApp et d'Instagram par d'autres services de Facebook n'a pas de conséquences pour l'instant. L'idée d'une scission n'est que rhétorique. Les dépenses opérationnelles ayant augmenté moins vite que le CA, le bénéfice opérationnel a bondi de 93% en glissement annuel, à 11,4 milliards de dollars. Soit un résultat net de 9,5 milliards (+94%), ou 3,3 dollars par action (2,35 dollars annoncés). Facebook, qui a acté au 1er trimestre un cash-flow disponible de 7,8 milliards de dollars, dispose d'une trésorerie nette de plus de 52 milliards.Portée par ces nouveaux records, l'action a atteint un sommet historique. La croissance ralentira au 2e semestre, mais les tarifs publicitaires sont en hausse et les opportunités dans les fintechs et la réalité virtuelle sont nombreuses. Le titre n'est pas bon marché, mais sa valorisation est conforme à sa propre moyenne historique; il est également beaucoup moins cher que celui d'Amazon, de Netflix, de Microsoft et d'Alphabet. Il peut rester en portefeuille. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 329,13 dollarsMarché: NasdaqCode ISIN: US30303M1027Ticker: FB USCapit. boursière: 933 milliards USDC/B 2020: 28C/B attendu 2021: 22Perf. cours sur 12 mois: +43%Perf. cours depuis le 01/01: +20%Rendement du dividende: -