Toujours pas de fumée blanche: l'acquisition d'ARM Holdings (ARM) par Nvidia est loin d'être bouclée. ARM est une entreprise britannique placée sous l'aile du conglomérat technologique japonais Softbank, qui conçoit des semi-conducteurs à haut rendement énergétique et polyvalents, utilisés dans les appareils mobiles et dans les serveurs des centres de données. En 2020, l'américain Nvidia a proposé pour ARM, dont la technologie lui permettrait de devenir leader sur le segment de l'intelligence artificielle, 34 milliards de dollars en espèces et en actions.
...

Toujours pas de fumée blanche: l'acquisition d'ARM Holdings (ARM) par Nvidia est loin d'être bouclée. ARM est une entreprise britannique placée sous l'aile du conglomérat technologique japonais Softbank, qui conçoit des semi-conducteurs à haut rendement énergétique et polyvalents, utilisés dans les appareils mobiles et dans les serveurs des centres de données. En 2020, l'américain Nvidia a proposé pour ARM, dont la technologie lui permettrait de devenir leader sur le segment de l'intelligence artificielle, 34 milliards de dollars en espèces et en actions. Mais de nombreuses forces privées et publiques tentent de retarder, voire de bloquer la transaction, car ARM, acteur neutre, fournit presque tous les grands fabricants de semi-conducteurs. Les concurrents de Nvidia craignent que, s'il acquiert ce dernier, il n'augmente ses prix ou ne garde égoïstement certains nouveaux modèles. Or, Nvidia a besoin d'ARM pour atteindre ses objectifs de croissance; pour l'exercice en cours, qui s'achèvera en janvier 2022, la direction table sur une hausse des ventes de 50%, un chiffre phénoménal qui tient compte à la fois du rattrapage post-crise et de plusieurs acquisitions. Pour la suite, Nvidia vise une croissance moyenne, ambitieuse, de 20%, qui s'appuiera principalement sur ses activités principales. Avec la nouvelle Geoforce RTX30, Nvidia occupe une position dominante sur le marché des puces graphiques destinées, entre autres, aux consoles de jeux. Le jeu a représenté 47% de son chiffre d'affaires (CA) consolidé (6,51 milliards de dollars) au deuxième trimestre (mai-juillet). Portée par les investissements soutenus dans le cloud computing pendant la crise sanitaire, la part des centres de données dans celui-ci s'établit à 36%. Celle des autres segments (17% du CA) pourra encore s'apprécier. Le pôle Professional Visualization (simulations visuelles, tests de conception) a des applications dans l'architecture, l'ingénierie, mais aussi la pharmacie. De 2,3%, la contribution de la branche automobile (152 millions de dollars) au CA du groupe est encore modeste, mais est appelée à s'accroître grâce à la plateforme prometteuse Nvidia Drive surtout, destinée aux développeurs d'applications de conduite autonome, mais aussi grâce aux divers partenariats conclus. Enfin, la division OEM & IP, qui comprend les semi-conducteurs pour le minage de cryptomonnaies, une activité très volatile, a vu son CA stagner à 266 millions de dollars (400 millions attendus). Autre source d'inquiétude encore, pour Nvidia, que le risque d'échouer à racheter ARM: des entreprises comme Apple, Microsoft, Alphabet ou encore Amazon développent de plus en plus leurs propres semi-conducteurs pour des applications spécifiques. Cela dit, dans le segment graphique surtout, Nvidia possède beaucoup de droits intellectuels. Le groupe, qui disposait au terme du deuxième trimestre de 19,7 milliards de dollars de liquidités, pour une dette de 12,8 milliards de dollars, n'aura pas besoin d'emprunter pour financer le rachat d'ARM, s'il est approuvé. Le groupe dispose encore d'un joli potentiel de croissance sur tous ses marchés. Naturellement, s'il échoue à acquérir ARM, son expansion sera moins rapide qu'espéré. A 20 fois le CA et 50 fois le bénéfice escomptés pour 2021, l'action est onéreuse. Soulignons toutefois que Nvidia table sur une croissance moyenne de 20% par an et réalise des marges élevées, ce dont peu d'entreprises peuvent se targuer. L'action reste en portefeuille. Nous n'achèterions que sur repli.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 208,31 dollarsTicker: NVDA USCode ISIN: US67066G1040Marché: NasdaqCapit. boursière: 519 milliards USDC/B 2020: 83C/B attendu 2021: 50Perf. cours sur 12 mois: +46%Perf. cours depuis le 01/01: +60%Rendement du dividende: 0,1%