La pandémie aura pesé sur les résultats de la plupart des entreprises, surtout de celles qui procédaient à une restructuration ou une transformation quand elle a éclaté. Pour Kraft Heinz, elle aura été une bénédiction. En se précipitant pour constituer des réserves dès mars-avril 2020, les consommateurs avaient propulsé les résultats du premier trimestre vers le haut; le confinement, qui a favorisé la consommation domestique, a par la suite résolument soutenu le chiffre d'affaires. Les nuages noirs qui s'amoncelaient jusque-là au-dessus de la cinquième entreprise agroalimentaire du monde se sont donc éloignés. La colossale dépréciation (15,4 milliards de dollars) actée au début de 2019 sur le portefeuille de marques, qui avait fait plonger le cour...

La pandémie aura pesé sur les résultats de la plupart des entreprises, surtout de celles qui procédaient à une restructuration ou une transformation quand elle a éclaté. Pour Kraft Heinz, elle aura été une bénédiction. En se précipitant pour constituer des réserves dès mars-avril 2020, les consommateurs avaient propulsé les résultats du premier trimestre vers le haut; le confinement, qui a favorisé la consommation domestique, a par la suite résolument soutenu le chiffre d'affaires. Les nuages noirs qui s'amoncelaient jusque-là au-dessus de la cinquième entreprise agroalimentaire du monde se sont donc éloignés. La colossale dépréciation (15,4 milliards de dollars) actée au début de 2019 sur le portefeuille de marques, qui avait fait plonger le cours de 27,5%, a dès lors été moins présente dans les esprits. Miguel Patricio, à la tête de l'entreprise depuis le 1er juillet 2019, ne peut que se réjouir des résultats engrangés entre avril et juin. D'après lui, Kraft Heinz sortira de la crise plus forte qu'elle n'y était entrée. Sa transformation progresse toujours conformément au calendrier. C'est dans ce cadre que s'est inscrite la vente de l'activité noix Planters à Hormel Foods, pour un montant de 3,35 milliards de dollars. Grâce à la transaction, le groupe pourra alléger son endettement, tout en se concentrant davantage sur des produits assortis d'un potentiel de croissance plus important. La progression tant du chiffre d'affaires que du bénéfice au deuxième trimestre a dépassé les prévisions - cela fait du reste six trimestres que le chiffre d'affaires et le bénéfice par action surprennent agréablement. A 6,615 milliards de dollars (consensus: 6,58 milliards), les ventes du deuxième trimestre ont cédé 0,5% (6,648 milliards précédemment). En termes organiques, leur évolution est de -2,1% (consensus: -3%). Des chiffres loin d'être mauvais.La rentabilité du groupe a progressé elle aussi, grâce notamment à la hausse des étiquettes. Le bénéfice ajusté atteint 0,78 dollar par action (0,80 dollar précédemment), alors que le consensus annonçait 0,72 dollar (fourchette de 0,68 à 0,76 dollar). Cela fait donc six trimestres également que le bénéfice par action surclasse le consensus. Berkshire Hathaway, le véhicule d'investissement de Warren Buffett, et 3G Global Food Holding, des actionnaires brésiliens d'ABInBev, notamment, comme Jorge Paulo Lemann, les deux prestigieux actionnaires du groupe, n'auront pas manqué, cette fois encore, d'apprécier les résultats. Le dividende trimestriel reste fixé à 0,40 dollar par action, ce qui fait de Kraft Heinz une action à dividende d'un intérêt rare, surtout selon les critères américains. Le chiffre d'affaires et le bénéfice par action devraient continuer de reculer au troisième trimestre. Les analystes tablent pour l'exercice sur un bénéfice de 2,69 dollars par action (en 2020: 2,88 dollars). La capacité de Miguel Patricio à remettre de l'ordre dans l'entreprise a incontestablement eu l'heur de plaire à Alexandre Van Damme (AB InBev), l'un des Belges les plus fortunés, qui a acheté il y a un an pour 350 millions d'euros d'actions de plus, de sorte qu'il possède désormais plus de 1% du groupe issu de la fusion. A 0,9 fois la valeur comptable et 13,5 fois le bénéfice escompté pour 2021, le titre est raisonnablement valorisé, pour une action d'un géant de l'agroalimentaire éminent, qui offre un rendement en dividende élevé (plus de 4% brut). Il devrait pouvoir continuer à se distinguer au sein du secteur ces prochaines années. Conseil: acheterRisque: moyen Rating: 1BCours: 36,68 dollarsTicker: KHC USCode ISIN: US500751064Marché: NasdaqCapit. boursière: 44,9 milliards USDC/B 2020: 12C/B attendu 2021: 13,5Perf. cours sur 12 mois: +24%Perf. cours depuis le 01/01: +5%Rendement du dividende: 4,4%