Kinepolis a deux bonnes raisons de se montrer satisfait au sortir du troisième trimestre. La première est l'annonce, à la fin de l'été, de l'acquisition de MJR Digital Cinemas, un exploitant sis dans le Michigan (10 cinémas et 164 salles, dont 7 complexes et 114 salles lui appartiennent en propre). La transaction a été finalisée le 11 octobre. Kinepolis met de la sorte un deuxième pied en Amérique du Nord, où il avait acquis Landmark Cinemas, le deuxième groupe de cinémas canadien (44 complexes pour 317 salles; plus de 11% de part de marché) fin 2017. La seconde sont ses excellents résultats trimestriels. La fréquentation a bondi de 21,7%, à 10 millions de visiteurs, en raison non seulement de la programmation (Le Roi ...

Kinepolis a deux bonnes raisons de se montrer satisfait au sortir du troisième trimestre. La première est l'annonce, à la fin de l'été, de l'acquisition de MJR Digital Cinemas, un exploitant sis dans le Michigan (10 cinémas et 164 salles, dont 7 complexes et 114 salles lui appartiennent en propre). La transaction a été finalisée le 11 octobre. Kinepolis met de la sorte un deuxième pied en Amérique du Nord, où il avait acquis Landmark Cinemas, le deuxième groupe de cinémas canadien (44 complexes pour 317 salles; plus de 11% de part de marché) fin 2017. La seconde sont ses excellents résultats trimestriels. La fréquentation a bondi de 21,7%, à 10 millions de visiteurs, en raison non seulement de la programmation (Le Roi Lion, par exemple), mais aussi du contexte (l'été 2018 avait été exceptionnellement ensoleillé et la France et la Belgique avaient aligné un excellent parcours en Coupe du monde de football) et de sa politique d'expansion (acquisition des cinémas ElPunt en Espagne et ouverture de complexes aux Pays-Bas, en France et au Canada). L'acquisition du complexe néerlandais Arcaplex a d'ailleurs été annoncée lors du business update.Le plus grand exploitant de salles de cinéma du pays a accueilli en neuf mois 9,5% de visiteurs de plus que durant la même période l'an dernier (27,7 millions de spectateurs, contre 25,3 millions il y a un an). Ce qui, compte tenu d'un premier trimestre assez faible (-6%), mérite d'être souligné. Mais le deuxième trimestre avait été très bon déjà grâce à Avengers: Endgame, le blockbuster de Marvel Productions (Disney), pour lequel Kinepolis avait vendu plus de deux millions d'entrées. Pour le reste, le rapport trimestriel est somme toute très classique: le chiffre d'affaires a augmenté plus rapidement que le nombre de visiteurs grâce à une nouvelle hausse des recettes par personne dans tous les pays, à l'exception de l'Espagne, où l'acquisition d'El Punt est récente. Les cash-flows opérationnels (Ebitda) et le bénéfice ajusté ont progressé eux aussi. La mise à jour ne comporte aucun chiffre précis: il faudra pour en obtenir attendre la publication des résultats annuels, le 20 février. A la mi-2019, l'accélération de près de 4% de la fréquentation avait engendré une croissance de 7,3% du chiffre d'affaires (de 221,8 à 238,1 millions d'euros), en raison d'une nouvelle augmentation des ventes de snacks et de boissons. Le même phénomène se produit au Canada, où un bond de près de 4% du nombre de visiteurs a fait s'envoler le chiffre d'affaires de 7,6% et l'Ebitda ajusté, de 10,3%, de 51 à 56,4 millions d'euros. La marge d'Ebitda ajustée est dès lors passée de 23,4% à 24,1% (de 3,04 à 3,23 euros, par visiteur). Le bénéfice par action a grimpé de 10%, de 0,70 à 0,77 euro.Kinepolis a été élue "Entreprise de l'année 2019", début octobre. Autre bonne nouvelle: la décision de la Cour d'appel de Bruxelles d'annuler celle de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC), que le groupe n'a plus à consulter pour ouvrir de nouveaux complexes en Belgique. Concernant l'établissement d'une période de transition adéquate, toutefois, la Cour s'en réfère à l'ABC.Le rachat du groupe américain s'étant selon nous effectué moyennant une valorisation acceptable, nous maintenons notre conseil d'achat (rating 1A), avec un objectif de cours d'au moins 67 euros pour les 12 à 18 prochains mois. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1A Cours: 59,90 eurosTicker: KIN BBCode ISIN: BE0974274061Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,64 milliard EURC/B attendu 2019: 29C/B attendu 2020: 23,5Perf. cour sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +23%Rendement du dividende: 1,5%