Le marasme dans lequel Kinepolis a été plongé en 2020 s'est prolongé au 1er semestre de cette année. En pire. Alors que le groupe avait accueilli 8,14 millions de visiteurs encore entre janvier et juin 2020, il n'a écoulé que 2,2 millions de billets sur la même période en 2021 (-73%), dont 0,4 million à peine au 1er trimestre. En cause, évidemment: les confinements qui ont frappé tant de pays. Le recul le plus marqué a été enregistré en Belgique, où le nombre de billets vendus n'a pas dépassé 0,23 million (-85,7%), ainsi qu'aux Pays-Bas (0,19 million d'unités, soit -83,4%). C'est aux Etats-Unis que Kinepolis ...

Le marasme dans lequel Kinepolis a été plongé en 2020 s'est prolongé au 1er semestre de cette année. En pire. Alors que le groupe avait accueilli 8,14 millions de visiteurs encore entre janvier et juin 2020, il n'a écoulé que 2,2 millions de billets sur la même période en 2021 (-73%), dont 0,4 million à peine au 1er trimestre. En cause, évidemment: les confinements qui ont frappé tant de pays. Le recul le plus marqué a été enregistré en Belgique, où le nombre de billets vendus n'a pas dépassé 0,23 million (-85,7%), ainsi qu'aux Pays-Bas (0,19 million d'unités, soit -83,4%). C'est aux Etats-Unis que Kinepolis a vendu le plus d'entrées (0,58 million) et que la baisse a été la plus faible (-40,7%). Mais l'essentiel est que tous les cinémas ont, depuis, rouvert leurs portes (à la mi-juillet seulement, dans une province canadienne), même si les conditions ne sont pas encore normalisées partout. La fréquentation a atteint dès juin la moitié de la fréquentation moyenne de 2019, et 62% en juillet. Elle grimpe quasi de semaine en semaine, incitant la direction à qualifier la réouverture de "prometteuse". Le ticket moyen dans les boutiques a lui aussi augmenté. Maints lancements de blockbusters avaient été différés à plusieurs reprises, mais la plupart sont désormais imminents, ce qui augure d'une programmation alléchante; ainsi que - grâce, également, à la progression des taux de vaccination - d'un 2e semestre plus que respectable. Si le chiffre d'affaires (CA) a moins violemment chuté que la fréquentation (-67,3%, de 112,6 à 36,8 millions d'euros) au 1er semestre, les résultats ne s'en sont pas moins inscrits à l'encre rouge. Le cash-flow opérationnel (Ebitda) s'est établi à -7,1 millions d'euros, le bénéfice opérationnel, à -48 millions (-25,9 millions au 1er semestre de 2020) et le bénéfice net, à -45,6 millions, soit -1,70 euro par action (-29,7 millions, ou -1,10 euro par action). Ce qui n'a pas empêché le plus grand groupe de cinémas du pays d'acter une trésorerie de 141,9 millions d'euros fin juin, un chiffre passé à 174,3 millions un mois plus tard à peine. La dette financière nette (contrats de location non inclus) atteignait fin juillet 542,3 millions d'euros, 29 millions de plus qu'à la fin de l'an dernier; mais elle devrait elle aussi tomber, d'ici décembre, sous son niveau de la fin 2020. Aucun covenant bancaire n'a à être satisfait avant juin 2022.Visiteurs et films sont enfin de retour. La trésorerie autorise des acquisitions, mais la direction veut d'abord compresser davantage les dépenses et augmenter le CA par visiteur. Kinepolis, qui sortira renforcé de la crise, n'exclut pas de procéder à une augmentation de capital pour financer, à terme, une acquisition stratégique. Le cours s'est déjà bien rétabli, mais nous maintenons notre conseil d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1B Cours: 47,20 eurosTicker: KIN BBCode ISIN: BE0974274061Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,29 milliard EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: -Perf. cours sur 12 mois: +44%Perf. cours depuis le 01/01: +38%Rendement du dividende: -