Ce qui surprend, c'est que la plupart des complexes cinématographiques de Landmark sont loués aux trois quarts, sont plus petits que Kinepolis et drainent en moyenne moins de visiteurs. Et surtout, le groupe canadien affiche une rentabilité bien plus faible par visiteur. La direction de Kinepolis a assuré qu'elle oeuvrerait à améliorer cet aspect dans les prochaines années. Le premier exploitant de cinémas du pays poursuit donc sa stratégie d'expansion. En l'espace de trois années, le nombre de complexes cinématographiques du groupe avait déjà plus que doublé, de 23 à 48, un rythme de croissance pour le moins rapide.
...