Just Eat Takeaway.com (JET) est la plus grande plateforme de commandes de repas en ligne au monde. Elle a été fondée en 2000 par son actuel CEO, le néerlandais Jitse Groen, sous le nom thuisbezorgd.nl. Le principe était simple: les clients passaient commande auprès des restaurants affiliés, après quoi ils se déplaçaient ou se faisaient livrer; thuisbezorgd.nl prélevait une commission sur chaque achat.
...

Just Eat Takeaway.com (JET) est la plus grande plateforme de commandes de repas en ligne au monde. Elle a été fondée en 2000 par son actuel CEO, le néerlandais Jitse Groen, sous le nom thuisbezorgd.nl. Le principe était simple: les clients passaient commande auprès des restaurants affiliés, après quoi ils se déplaçaient ou se faisaient livrer; thuisbezorgd.nl prélevait une commission sur chaque achat. Toujours en vigueur, ce modèle ne peut être confondu avec celui d'Uber Eats, de Deliveroo ou de DoorDash, qui sont des sociétés de livraison. En 2020, 80% du chiffre d'affaires (CA) de JET provenaient des commissions sur les commandes et 11%, des livraisons, une stratégie plus rentable; soucieux de ne pas perdre de parts de marché, toutefois, JET livre désormais de plus en plus, au détriment de ses marges. Le groupe s'est considérablement développé depuis sa création. Rebaptisé Takeaway.com en 2011, il s'est offert, en 2014, des concurrents en Allemagne et en Pologne, avant de faire son entrée en Bourse, en 2016. Il a racheté l'an passé le britannique Just Eat, pour plus de sept milliards d'euros: Just Eat Takeaway.com était né. Il vient, enfin, d'absorber l'américain GrubHub, pour sept milliards de dollars, ce qui fait de lui la plus grande place de marché pour les commandes de repas en ligne d'Europe, du Canada, d'Australie et du Royaume-Uni; il est également présent aux Etats-Unis.Les volumes de commandes passées sur les différents sites sont un indicateur important (plus il y a de commandes, plus il y a de commissions). Avec l'acquisition de Just Eat, la valeur de ces volumes est passée de 6,4 milliards d'euros en 2018 à 12,9 milliards fin 2020; avec celle de GrubHub, elle dépassera les 20 milliards cette année. Pris dans son intégralité, ce marché représente près de 600 milliards d'euros par an. Sans surprise, le 1er trimestre de 2021 s'est achevé sur des chiffres en nette hausse. Le nombre de commandes a bondi de 79% en glissement annuel. Le nombre de livraisons a lui aussi augmenté de 79%, et de 695%, même, au Royaume-Uni. JET a toujours voulu occuper la première place, sans chercher une rentabilité fulgurante. Cette stratégie s'avère payante, puisque 70% des commandes proviennent de clients existants et que le nombre de commandes augmente de plus de 30% l'an depuis plusieurs années. Le groupe entend appliquer ce principe aux Etats-Unis également mais là, il est outsider. Financièrement sain, JET est peu endetté. Son bilan est toutefois constitué à plus de 70% d'actifs incorporels (goodwill, etc.). Il a achevé 2020 sur un cash-flow opérationnel et un cash-flow disponible positifs, mais n'acte pas encore de bénéfice net. Compte tenu des cinq milliards d'euros et plus sur lesquels les analystes misent pour cette année, JET se négocie à un peu plus de trois fois le CA escompté. Il vise, d'ici à 2023, un CA de sept milliards d'euros. Sa faible valorisation montre que les investisseurs ne sont pas convaincus - deux acquisitions si onéreuses semblent difficiles à digérer. JET a, aux Etats-Unis en particulier, plusieurs concurrents redoutés, dont DoorDash.La direction a une grande expérience des acquisitions menant à la croissance. Les premiers résultats de la reprise de Just Eat sont encourageants. Mais aux Etats-Unis, JET fait figure d'outsider face à DoorDash et à Uber Eats, qui tentent par ailleurs de ravir des parts du marché européen, qu'il domine. La violente chute du cours et la sous-valorisation, exagérée par rapport au secteur, de JET, justifient un conseil positif. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 76,88 eurosTicker: TKWY NLCode ISIN: NL0012015705Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 16,3 milliards EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: -Perf. cours sur 12 mois: -18%Perf. cours depuis le 01/01: -18%Rendement du dividende: -