Intel doit sa position de leader du marché de semi-conducteurs à sa domination dans le segment des microprocesseurs pour PC, où l'entreprise américaine fait la pluie ou le beau temps avec son architecture x86. L'essor des appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes a cependant échappé à Intel. Malgré quelques tentatives, Intel n'est jamais parvenue à s'imposer dans ce segment, en grande partie parce qu'elle ne fournit que des puces qu'elle conçoit elle-même. Or Intel risque à présent de subir la même mésaventure dans de nouvelles niches comme celle de "l'Internet des Objets" (IoT). C'est pourquoi elle a décidé de changer son fusil d'épaule. Lors du Developer Forum du mois dernier, elle a ...

Intel doit sa position de leader du marché de semi-conducteurs à sa domination dans le segment des microprocesseurs pour PC, où l'entreprise américaine fait la pluie ou le beau temps avec son architecture x86. L'essor des appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes a cependant échappé à Intel. Malgré quelques tentatives, Intel n'est jamais parvenue à s'imposer dans ce segment, en grande partie parce qu'elle ne fournit que des puces qu'elle conçoit elle-même. Or Intel risque à présent de subir la même mésaventure dans de nouvelles niches comme celle de "l'Internet des Objets" (IoT). C'est pourquoi elle a décidé de changer son fusil d'épaule. Lors du Developer Forum du mois dernier, elle a dévoilé son ambition de fabriquer également des concepts ARM pour la prochaine génération de puces. Intel met ainsi ses capacités de production à disposition de parties tierces. L'arrivée de LG comme client avait déjà été annoncée. L'entreprise sud-coréenne utilisait précédemment des puces Qualcomm, qu'elle abandonne donc au profit d'Intel. Apple envisagerait également d'équiper ses tablettes et téléphones de processeurs Intel à partir de 2017. La division Client Computing Group, qui comprend les activités classiques, voit sa part dans le chiffre d'affaires (CA) et le bénéfice opérationnel régresser constamment. Pour la division, 2016 sera la quatrième année successive de croissance négative. Les ventes sont même inférieures de 25% à celles de 2007, année record. Et les cash-flows de cette division doivent financer la croissance des autres segments, comme le Data Center Group et l'IoT. Intel mise aussi sur les semi-conducteurs pour voitures autonomes, un marché estimé entre 9 à 18milliards USD par les analystes du Crédit Suisse. Au deuxième trimestre, le CA du groupe a progressé de 2,6% sur une base annuelle, à 13,53milliards USD. La restructuration en cours doit déjà rapporter 750millions USD cette année, lequel montant augmentera à 1,4milliard USD par an à partir de la mi-2017. Les charges liées à l'opération atteignent cependant 1,2milliard USD. Une facture d'impôt en hausse est l'autre explication d'un bénéfice opérationnel (1,32milliard USD) à son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2009. Le CA de la division Client Computing Group a subi un nouveau recul de 3% à 7,34milliards USD, un peu plus de la moitié du CA du groupe. Intel s'étant retirée du marché des tablettes, la rentabilité de la division s'en verra favorisée. Le Data Center Group a vu son CA gagner 4,5% à 4,03milliards USD, et IoT enregistre elle aussi une légère progression, à 572millions USD. Le groupe distribue actuellement un dividende de 1USD par action, mais ne semble pas avoir l'intention de contracter des dettes supplémentaires pour financer une hausse de la rémunération des actionnaires. La semaine dernière, la fourchette de prévisions de CA pour le troisième trimestre en cours a été relevée d'entre 14,4 et 15,4milliards USD (moyenne de 14,9milliards USD) à entre 15,3 et 15,9milliards USD (moyenne de 15,6milliards USD). Les prévisions de marge brute ont également été relevées d'environ 60%, à entre 62 et 63%.ConclusionNous saluons la révision à la hausse par Intel de son chiffre d'affaires pour le troisième trimestre en cours et sa décision de collaborer avec ARM. La performance de l'action cette année semble conforme à celle des grands indices. À 14fois le bénéfice attendu et avec un rendement brut d'environ 3%, nous trouvons la valorisation correcte. Conserver : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B