Intel dépend toujours du marché des PC classiques (division Client Computing) pour plus de la moitié de son chiffre d'affaires. Le fabricant américain de semi-conducteurs est certes le leader incontesté sur le marché des microprocesseurs, mais cela fait longtemps qu'il ne s'agit plus d'une activité de croissance. Et si le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 7%, à 59,4 milliards de dollars l'an dernier, c'est en grande partie le fait d'acquisitions. Intel doit donc se tourner vers d'autres segments, diversifier ses activités.
...

Intel dépend toujours du marché des PC classiques (division Client Computing) pour plus de la moitié de son chiffre d'affaires. Le fabricant américain de semi-conducteurs est certes le leader incontesté sur le marché des microprocesseurs, mais cela fait longtemps qu'il ne s'agit plus d'une activité de croissance. Et si le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 7%, à 59,4 milliards de dollars l'an dernier, c'est en grande partie le fait d'acquisitions. Intel doit donc se tourner vers d'autres segments, diversifier ses activités. Le groupe veut surtout miser sur l'Internet des Objets, les semi-conducteurs programmables, les véhicules autonomes et l'intelligence artificielle. Le fabricant de semi-conducteurs s'étant déjà fait damer le pion par notamment Qualcomm dans le segment des semi-conducteurs pour applications sans fil, il a choisi de prendre les devants et d'étendre ses parts de marché dans les segments les plus prometteurs par des acquisitions. Dans la niche des semi-conducteurs programmables, il a acheté Altera l'an dernier. Intel a du reste créé la surprise au début du mois en mettant la main sur Mobileye, une pépite israélienne spécialisée dans les logiciels et systèmes de visualisation pour voitures autonomes. Intel possède déjà une division active dans ce segment et va l'intégrer aux activités rachetées. Mobileye a été créée en 1999 et est cotée sur le Nasdaq depuis 2014. L'entreprise a conclu des alliances avec presque tous les grands constructeurs automobiles. Jusqu'à l'an dernier, Mobileye collaborait également avec Tesla Motors, mais les deux parties se sont séparées en mauvais termes. La gamme EyeQ comprend des capteurs et des caméras destinés à détecter les obstacles, éviter les collisions, déclencher un freinage automatique et stationner la voiture. Selon Intel, les voitures sont appelées à devenir de véritables centres de données sur roues au cours des années à venir. La puissance de calcul des semi-conducteurs Intel doit permettre de traiter plus rapidement les données recueillies par les capteurs de Mobileye. L'entreprise israélienne a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 358 millions de dollars, qui grossira de 40 % cette année. Intel a déboursé pour elle 15,3 milliards de dollars, soit un peu plus de 30 fois le chiffre d'affaires attendu cette année. Il espère encore boucler l'acquisition cette année et estime le marché total des systèmes et services liés aux véhicules autonomes à 70 milliards de dollars d'ici 2030. Le segment est de plus en plus fréquenté et Intel y sent le souffle chaud de Qualcomm (à nouveau) qui, avec NXP, a racheté le plus grand producteur de semi-conducteurs pour le secteur automobile. Intel avait encore 17,1 milliards de dollars de liquidités au bilan à la fin de l'an dernier. Sa dette totale s'élevait à 25,3 milliards de dollars. L'acquisition de Mobileye sera payée en cash, ce qui accroîtra encore la dette nette (actuellement : 8,2 milliards de dollars). L'an dernier, les dépenses d'investissement ont augmenté de plus de 30%, à 9,6 milliards de dollars. Intel a également distribué pour près de 5 milliards de dollars en dividendes et a racheté pour 2,6 milliards de dollars d'actions propres en 2016. L'acquisition coûteuse de Mobileye s'inscrit dans la diversification que recherche Intel, mais l'opération ne sera rentable qu'à plus long terme. Au niveau du groupe, il ne faut à nouveau pas attendre de croissance cette année. Chiffre d'affaires et bénéfice devraient rester stables, même si une légère hausse n'est pas à exclure. L'acquisition et l'augmentation des investissements excluent sans doute toute possibilité de rémunération supplémentaire pour les actionnaires. La valorisation est correcte. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BDevise : dollar (USD)Marché : NasdaqCapit. boursière : 168 milliards USDC/B 2016 : 15C/B attendu 2017 : 13Perf. cours sur 12 mois : +13 %Perf. cours depuis le 01/01 : -2 %Rendement du dividende : 3 %