Inditex (pour Industria de Diseño Textil, en espagnol) est la maison mère de la célèbre marque Zara. Fondée en 1963 par Amancio Ortega Gaona, aujourd'hui l'une des plus grandes fortunes d'Europe, Inditex produisait à l'époque des vêtements pour dame. Un virage a été amorcé en 1975, lorsque la première boutique Zara a ouvert ses portes à La Corogne, en Galice, dans le nord de l'Espagne. Le groupe possède désormais, outre Zara, les marques Pull and Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Uterqüe et Zara Home (linge de lit et de bain).
...

Inditex (pour Industria de Diseño Textil, en espagnol) est la maison mère de la célèbre marque Zara. Fondée en 1963 par Amancio Ortega Gaona, aujourd'hui l'une des plus grandes fortunes d'Europe, Inditex produisait à l'époque des vêtements pour dame. Un virage a été amorcé en 1975, lorsque la première boutique Zara a ouvert ses portes à La Corogne, en Galice, dans le nord de l'Espagne. Le groupe possède désormais, outre Zara, les marques Pull and Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Uterqüe et Zara Home (linge de lit et de bain).Les chiffres des trois premiers mois de l'exercice 2022/23 (soit la période février-avril 2022) montrent qu'Inditex gère très bien l'inflation galopante. Le 30 avril, le groupe recensait 6.423 points de vente dans le monde (-335 sur un an). En 2021, Inditex avait annoncé la fermeture de 1.000 à 1.200 magasins peu performants, afin de se recentrer sur la vente en ligne, qui devait assurer 30% du chiffre d'affaires (CA) d'ici 2024. Au 1er trimestre, cependant, les ventes par Internet avaient diminué de 6% sur un an, mais le trimestre de référence avait été marqué par une explosion de l'e-commerce (+67% sur un an) du fait des confinements. Inditex doit son succès à la parfaite complémentarité de ses activités stylisme, production, logistique et vente. Malgré la diminution des ventes en ligne, le CA net a augmenté de 36% sur un an au 1er trimestre à cours de change constants, de 4,94 à 6,74 milliards d'euros; il repasse ainsi au-dessus du niveau d'avant crise (soit le 1er trimestre de 2019). Malgré la baisse du nombre de magasins, les ventes physiques ont augmenté. Le CA a dépassé le consensus de 0,5 milliard d'euros (8%), ce qui a donné des ailes à l'action. Le cash-flow d'exploitation (Ebitda) est passé de 1,235 à 1,917 milliard d'euros au 1er trimestre (+55%), la marge d'Ebitda (Ebitda/CA) de 25,0 à 28,4%. La marge brute a atteint 60,1%, son plus haut niveau depuis 10 ans. La hausse des prix (10% en moyenne) n'a pas échaudé les clients. Les coûts (en hausse de 24%, pour un CA supérieur de 36%) restent parfaitement maîtrisés, dopant la marge. Le bénéfice net a bondi de 421 millions d'euros (0,135 euro par action) à 760 millions d'euros (0,244 euro par action) (+80,7%). La progression de la position de trésorerie nette, malgré la situation sanitaire et la guerre en Ukraine, impressionne aussi, à 9,21 milliards d'euros (2,95 euros par action), soit une augmentation de 28%, fin avril. L'essor s'est poursuivi au début du 2e trimestre, avec des ventes annuelles en hausse de 17% entre le 1er mai et le 5 juin, alors que 10% des magasins sont fermés (en Chine et Russie/Ukraine). Le parcours boursier cahoteux d'Inditex l'an dernier tient donc essentiellement aux décisions surprenantes prises à la tête du groupe: à 37 ans à peine, Marta Ortega, fille du fondateur, a succédé à Pablo Isla, l'un des piliers de la réussite d'Inditex, à la présidence du conseil d'administration, et Carlos Crespo, CEO depuis deux ans seulement, a été remplacé par Oscar Garcia Maceiras, ancien banquier dépourvu d'expérience dans la vente au détail. Après avoir été sous pression pendant plusieurs mois, l'action Inditex s'est redressée à la faveur des bons chiffres. La valorisation est au plus bas depuis cinq ans. A 9 fois le rapport attendu cette année entre la valeur de l'entreprise (EV) et l'Ebitda, l'action est très bon marché. Parce qu'elle s'échange environ 30% sous la moyenne des cinq dernières années (13 fois l'EV/Ebitda), nous en recommandons l'achat.Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 21,74 eurosTicker: ITX SMCode ISIN: ES0148396007Marché: MadridCapit. boursière: 67,74 milliards EURC/B 2021: 20C/B attendu 2022: 19,5Perf. cours sur 12 mois: -29%Perf. cours depuis le 01/01: -24%Rendement du dividende: 2,7%