Le plus ancien promoteur immobilier du pays (1863) continue à profiter pleinement de sa deuxième jeunesse. Le 29 juin 2016, une assemblée générale extraordinaire avalisait la fusion entre Immobel et le groupe Allfin, une opération menée par Marnix Galle, président du conseil d'administration et actionnaire de référence d'Allfin. L'exercice 2017 avait été une année de transition pour Immobel, les trois suivants devaient être consacrés à la moisson. Mais si 2018 et 2019 ont largement tenu leur promesse, 2020 a été marquée par la pandémie. Bien que les chiffres soient repartis à la hausse dès juin, le confinement a lourdement pesé sur les ventes dans le segment résidentiel entre mars et mai. L'année aura de surcroît été caractérisée par des difficult...

Le plus ancien promoteur immobilier du pays (1863) continue à profiter pleinement de sa deuxième jeunesse. Le 29 juin 2016, une assemblée générale extraordinaire avalisait la fusion entre Immobel et le groupe Allfin, une opération menée par Marnix Galle, président du conseil d'administration et actionnaire de référence d'Allfin. L'exercice 2017 avait été une année de transition pour Immobel, les trois suivants devaient être consacrés à la moisson. Mais si 2018 et 2019 ont largement tenu leur promesse, 2020 a été marquée par la pandémie. Bien que les chiffres soient repartis à la hausse dès juin, le confinement a lourdement pesé sur les ventes dans le segment résidentiel entre mars et mai. L'année aura de surcroît été caractérisée par des difficultés sur le plan de l'obtention de permis. Bonne nouvelle: le rapport du 1er semestre de 2021 fait état d'une nette remontée, puisque Immobel a obtenu pour 490 millions d'euros de nouveaux permis, dont 300 millions d'euros définitivement acquis (506 millions sur l'intégralité de 2020). L'immobilier de bureaux n'a pas encore renoué avec son niveau d'avant-crise - le redressement, dans ce segment, est lent. Le produit d'exploitation a cédé entre janvier et juin 14% en glissement annuel (à 183,8 millions d'euros, soit sous le consensus). Cela n'a pas empêché le cash-flow opérationnel (Ebitda) de croître de 6% (à 36,7 millions d'euros) et le résultat net de progresser de 37% (à 29,9 millions), soit une hausse de 2,43 à 3 euros par action. Le bénéfice net n'est plus très éloigné des 33 millions d'euros (3,58 euros par action) engrangés en 2020. La direction vise un rendement des capitaux propres (510,2 millions d'euros de capitaux propres fin juin) de 10% au moins; comme le rendement net au 30 juin est de 6% déjà, il suffira de faire la même chose d'ici décembre pour atteindre cet objectif. Les projets nouvellement acquis, pour un montant de 575 millions d'euros, ont fait grimper la valeur de réalisation du portefeuille de 5,1 milliards d'euros fin décembre à 5,4 milliards fin juin.Le groupe a toujours l'intention de se constituer un portefeuille européen, qu'il veut voir se déployer sur plus de 1,2 million m², dont 71% de logements. Il a longtemps concentré ses activités en Belgique et au Luxembourg, avant de s'étendre, avant le changement de CEO, à la Pologne, puis, en 2017, à la France. Il a acquis en plusieurs étapes le groupe immobilier Nafilyan & Partners, surtout actif en Ile-de-France. Bien que tout jeune (2014), Nafilyan est déjà une référence dans la promotion d'appartements, de lotissements et de logements en résidences gérées. Immobel a conclu une joint-venture avec le promoteur américain Fort Partners en vue de construire une station balnéaire de 65.000 m² à Marbella. En Allemagne, venue étoffer le portefeuille l'an passé, il a jeté son dévolu sur un prestigieux projet situé à Francfort: Eden, l'une des rares tours résidentielles de la capitale financière du pays, devrait être livrée l'an prochain. La direction caresse par ailleurs toujours l'ambition d'augmenter le dividende de 4% à 10% par an. La dynamique que le CEO Marnix Galle a insufflée à Immobel s'est exprimée pleinement dans les résultats des derniers exercices, à l'exception de l'année 2020. L'exercice en cours ne sera pas encore "normal", mais au vu du pipeline de 1,8 milliard d'euros, composé pour l'essentiel de projets résidentiels, le bénéfice devrait se redresser au cours des années qui viennent. La valorisation est attrayante. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 76,80 eurosTicker: IMMO BBCode ISIN: BE0003599108Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 767 millions EURC/B 2020: 21C/B attendu 2021: 15,5Perf. cours sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +13%Rendement du dividende: 3,8%