Au vu de l'ascension du cours de l'or et, surtout, des chiffres de la concurrence, les trimestriels d'IAMGOLD ne sont pas aussi bons qu'il y paraît. La crise sanitaire a certes frappé, mais le producteur d'or canadien a plusieurs problèmes structurels.
...

Au vu de l'ascension du cours de l'or et, surtout, des chiffres de la concurrence, les trimestriels d'IAMGOLD ne sont pas aussi bons qu'il y paraît. La crise sanitaire a certes frappé, mais le producteur d'or canadien a plusieurs problèmes structurels.Si le chiffre d'affaires a progressé entre avril et juin de 15% en glissement annuel, à 284,2 millions de dollars, c'est exclusivement grâce à l'évolution du cours de l'or, qui a atteint 1.724 dollars en moyenne, contre un peu moins de 1.300 dollars 12 mois plus tôt. Le bénéfice net ajusté s'établit à 20,1 millions de dollars, alors que le groupe avait essuyé une perte de 15,5 millions l'an dernier. La production a cédé 15%, à 155.000 onces troy, contre 198.000 onces en 2019. Le coût de production (1.189 dollars l'once) a augmenté de 4% en un an, un chiffre supérieur de près de 20% à la moyenne du secteur. Essakane (Burkina Faso), qui a peu souffert de la crise, a produit 89.000 onces, et accroît actuellement la capacité de son installation de traitement. Rosebel (Suriname) a été mis en quarantaine du 12 juin au 24 juillet, ce qui aura des répercussions sur le trimestre en cours également; la production y est tombée à 52.000 onces, 20.000 de moins que l'an dernier. A Westwood (Canada), la production plafonne à 20.000 onces (-15%) et après une nouvelle étude technique, les réserves ont été réduites à 618.000 onces (-50%), pour permettre à l'activité de se concentrer sur les zones dépourvues de risque sismique. IAMGOLD a revu pour la deuxième fois cette année sa production prévisionnelle, désormais arrêtée à 645.000-700.000 onces (700.000-760.000 auparavant). Le coût de production prévisionnel reste fixé à 1.195-1.245 dollars, contre 1.124 dollars en 2019. Les projets Côté Gold (Canada) et Boto Gold (Sénégal) sont presque prêts à être construits. Le groupe a décidé de développer lui-même Côté Gold en compagnie de Sumitomo, son partenaire dans la joint-venture. Côté Gold concentre plus de sept millions d'onces de réserves d'or, à quoi s'ajoute un potentiel d'exploration considérable. La construction pourrait durer trois ans, pour un coût estimé à 1,3 milliard de dollars, la contribution d'IAMGOLD s'élevant à 900 millions. L'enjeu est de taille, car le producteur a besoin de retrouver un peu de crédibilité et surtout, de renouer avec la croissance. Pour ne pas consommer toutes ses liquidités, il vendra d'avance 15% à 20% de la production escomptée des deux premières années, ce qui limitera le potentiel de gain en cas de hausse du cours de l'or. La trésorerie s'élevait au 30 juin à 866,3 millions de dollars, à quoi s'ajoute une ligne de crédit de 500 millions. La dette se compose d'un emprunt obligataire de 400 millions qui arrivera à échéance en avril 2025. En raison de la crise sanitaire, les stocks de matériaux et de produits finis sont plus élevés que d'habitude, ce qui fait grimper le fonds de roulement - au détriment, malgré la hausse du cours de l'or, des cash-flows disponibles (trois millions de dollars). Le coup d'Etat au Mali a retardé la vente, décidée en décembre, de Sadiola à Allied Gold; la mine fait partie d'une joint-venture conclue avec AngloGold, dont IAMGOLD détient 41%.IAMGOLD fait moins bien que ses concurrents; sa rentabilité est faible et la production ne devrait pas augmenter avant plusieurs trimestres. Le groupe a néanmoins pour lui la faiblesse de sa valorisation (0,9 fois la valeur comptable), la solidité de son bilan et deux projets d'expansion très avancés, qui le rendent intéressant à reprendre. Conseil: conserver/attendre Risque: moyen Rating: 2CCours: 4,14 dollarsTicker: IAG USCode ISIN: CA4509131088Marché: NYSECapit. boursière: 1,9 milliard USDC/B 2019: 102C/B attendu 2020: 10Perf. cours sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +10%Rendement du dividende: -