Dans son rapport relatif à l'exercice 2018, Cisco Systems a fait état d'une croissance modeste de son chiffre d'affaires (CA). Le groupe est devenu un géant technologique en fournissant essentiellement du hardware et des solutions de mise en réseau. Mais, vu l'essor des logiciels, de gestion de la sécurité entre autres, il a été contraint d'étendre sa gamme. Ses routeurs et commutateurs sont toujours très prisés: avec une part de 57% l'an dernier, la division est demeurée le plus grand contributeur au CA du groupe. Les parts des divisions Applications et Security étaient nettement moindres. Un peu plus d'un quart du CA global était à mettre au crédit de la division Services.
...

Dans son rapport relatif à l'exercice 2018, Cisco Systems a fait état d'une croissance modeste de son chiffre d'affaires (CA). Le groupe est devenu un géant technologique en fournissant essentiellement du hardware et des solutions de mise en réseau. Mais, vu l'essor des logiciels, de gestion de la sécurité entre autres, il a été contraint d'étendre sa gamme. Ses routeurs et commutateurs sont toujours très prisés: avec une part de 57% l'an dernier, la division est demeurée le plus grand contributeur au CA du groupe. Les parts des divisions Applications et Security étaient nettement moindres. Un peu plus d'un quart du CA global était à mettre au crédit de la division Services.Si le deuxième trimestre (achevé fin janvier) de l'exercice fiscal 2019 fut plutôt bon, c'est grâce à quelques éléments exceptionnels. Au cours de ce dernier, le CA du groupe s'est accru de 7% en glissement annuel, à 12,45 milliards de dollars. Cependant, on peut en soustraire la moitié pour connaître la croissance réelle. Le CA de la division Infrastructure Products a gagné 6%, à 7,13 milliards de dollars, et Cisco espère ravir des parts de marché à son concurrent chinois Huawei, actuellement sous le feu des critiques. La division Applications a vu sa croissance s'établir à 24% grâce, entre autres, à l'acquisition de Broadsoft. La division Security doit la sienne (+18%) à l'absorption du spécialiste de la sécurité Duo. Cisco a alloué plus de 20 milliards de dollars aux rachats d'actions propres au cours des quatre trimestres précédents. Cela explique que le bénéfice se soit hissé de 16%, à 0,73 euro par action, durant le deuxième trimestre. Le bénéfice nominal n'a pour sa part progressé "que" de 6%, à 3,3 milliards de dollars. La marge brute est demeurée à 64,1% et devrait fluctuer entre 64 et 65% durant le trimestre courant. A 32,5%, la marge opérationnelle s'est établie au-dessus du consensus (31,5%). La direction de Cisco pronostique, pour le troisième trimestre, une croissance du CA comprise entre 4 et 6%, mais une croissance réelle de moitié inférieure. Cisco a versé près de 1,5 milliard de dollars au titre de dividendes, au cours du trimestre passé. Le dividende trimestriel a été relevé de 0,33 à 0,35 dollar par action, ce qui portera le montant annuel à 6,3 milliards. Après le paiement, les cash-flows disponibles de l'équipementier atteignaient encore sept milliards. Entre novembre et janvier, il a racheté 111 millions de ses actions au prix unitaire de 45,09 dollars; la dépense se monte à un peu plus de cinq milliards ou 40% du CA trimestriel. Et le groupe ne compte pas s'arrêter là. Il a relevé de 15 milliards (de 9 à 24 milliards de dollars) le budget qui y sera encore consacré. Il s'agit de près de la moitié du CA attendu cette année! Ce faisant, Cisco diminuera encore le flottant - la manoeuvre vise à doper le bénéfice par action. Fin janvier, la trésorerie de Cisco s'élevait à 40,4 milliards de dollars, sa dette, à 25,7 milliards. Soit une trésorerie nette de non moins de 3,25 dollars par action. Comme escompté, les produits procurant des revenus récurrents et les logiciels assurent, lentement mais sûrement, une part croissante du CA. Ce que les actionnaires retiendront surtout du rapport, toutefois, ce sont la nouvelle majoration du dividende et l'extension du programme de rachats d'actions. La valorisation de Cisco est légèrement inférieure à celle de la moyenne de son secteur. Quoi qu'il en soit, comme toutes les actions américaines, elle est chère. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 51,3 dollarsTicker: CSCOCode ISIN: US17275R1023Marché: NasdaqCapit. boursière: 225,8 milliards USDC/B 2018: 20C/B attendu 2019: 16Perf. cours sur 12 mois: +19%Perf. cours depuis le 01/01: +18%Rendement du dividende: 2,7%