Le rand sud-africain (ZAR) est retombé à son plus bas niveau historique face à l'USD. Un effet secondaire intéressant pour le secteur minier est que cette dépréciation entraîne une forte hausse des cours des métaux précieux en monnaie locale. Ainsi le prix de l'or a-t-il dépassé pour la première fois de l'histoire la barre des 17.000 ZAR. Une nouvelle preuve que l'or doit plutôt être considéré comme une devise que comme une matière première. La situation actuelle est très favorable aux exploitants de mines d'or sud-africaines, qui enregistrent leurs coûts en ZAR mais vendent leur production en USD. A court terme, Harmony semble être l'entreprise la plus à même d'en profiter. Le troisième producteur...

Le rand sud-africain (ZAR) est retombé à son plus bas niveau historique face à l'USD. Un effet secondaire intéressant pour le secteur minier est que cette dépréciation entraîne une forte hausse des cours des métaux précieux en monnaie locale. Ainsi le prix de l'or a-t-il dépassé pour la première fois de l'histoire la barre des 17.000 ZAR. Une nouvelle preuve que l'or doit plutôt être considéré comme une devise que comme une matière première. La situation actuelle est très favorable aux exploitants de mines d'or sud-africaines, qui enregistrent leurs coûts en ZAR mais vendent leur production en USD. A court terme, Harmony semble être l'entreprise la plus à même d'en profiter. Le troisième producteur d'or d'Afrique du Sud réalise environ 90% de sa production dans son pays d'origine et a déjà enregistré une hausse de ses cash-flows durant le trimestre écoulé. Au cours de la période de trois mois qui s'est clôturée le 30 septembre, le 1er trimestre de l'exercice 2016, ses cash-flows libres ont ainsi atteint 122 millions ZAR. Ils devraient encore grossir significativement au cours du trimestre en cours et du trimestre prochain, car le prix de l'or en ZAR a encore augmenté, alors que les charges sont en recul. Le coût nécessaire pour maintenir la production au niveau actuel (AISC) s'est contracté de près de 3%, à 466.061 ZAR le kilo. En USD, la baisse se chiffre à 9,5%, à 1115 USD. La plus forte amélioration est à mettre à l'actif des mines souterraines sud-africaines : 7% en ZAR et 14% en USD à 1040 USD. La production sud-africaine a progressé de 17% à 246.790 onces. Non seulement la quantité de minerai traitée est en hausse, mais les grades (rendements) s'améliorent également. En raison de la baisse de la contribution de la mine de Hidden Valley en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), la hausse de la production au niveau du groupe (281.385 onces) ne dépasse pas 10%. Harmony a clôturé le 1er trimestre avec 1,49 milliard ZAR de liquidités. La dette s'établit à 4,1 milliards ZAR. Au début du mois, Harmony a décidé de rembourser un peu plus d'un quart de la dette du groupe (1,1 milliard ZAR). La dette résiduelle a ainsi baissé à 3 milliards ZAR. Après deux ans de restructurations des mines et de baisse des coûts, Harmony peut enfin à nouveau se tourner vers l'avenir. Le premier trimestre a certes encore été déficitaire en raison d'une moins-value comptable sur un emprunt en USD qui pèse plus lourd en ZAR. Mais la perte nette de 40 millions USD est compensée par des cash-flows opérationnels positifs de 56 millions USD. Harmony a conclu un accord salarial avec les syndicats, ce qui n'est pas sans importance dans un pays où les charges salariales représentent la moitié des coûts de production totaux. A court terme, on attend l'étude de faisabilité de Golpu, qui doit être finalisée au cours du mois et dont les résultats seront publiés au début de l'an prochain. Golpu est un projet d'or et de cuivre en PNG (joint-venture 50/50 avec Newcrest), avec des réserves de cuivre estimées à 9,3 millions de tonnes, et des réserves d'or estimées à 20,2 millions d'onces.ConclusionL'action Harmony s'est montrée très volatile ces dernières semaines, une ascension de 30% étant suivie par une baisse de 20%. Une évolution principalement imputable au phénomène de fin d'année du tax-selling, les investisseurs américains pouvant déduire fiscalement leurs positions déficitaires en actions. A moins de 0,2 fois la valeur comptable, la valorisation est très faible.Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1C