Les résultats sont normalement publiés chaque semestre, mais dans le cadre de l'obligation d'information aux détenteurs d'obligations Univeg, nous avons reçu les chiffres du dernier trimestre 2015. L'exercice de Greenyard Foods se clôture le 31mars 2016, et Univeg s'y adapte. Les chiffres ne portent donc que sur le segment Fresh (légumes et fruits frais) du nouveau groupe fusionné. Fresh a enregistré au 4e trimestre un chiffre d'affaires (CA) de 751,9millions EUR, en baisse de 2,3% par rapport au 4etrimestre 2014. Le CA annuel a cependant progressé de 2,4%, à 3,24milliards EUR. Une excellente performance compte tenu de la perte d'un important client allemand dans l...

Les résultats sont normalement publiés chaque semestre, mais dans le cadre de l'obligation d'information aux détenteurs d'obligations Univeg, nous avons reçu les chiffres du dernier trimestre 2015. L'exercice de Greenyard Foods se clôture le 31mars 2016, et Univeg s'y adapte. Les chiffres ne portent donc que sur le segment Fresh (légumes et fruits frais) du nouveau groupe fusionné. Fresh a enregistré au 4e trimestre un chiffre d'affaires (CA) de 751,9millions EUR, en baisse de 2,3% par rapport au 4etrimestre 2014. Le CA annuel a cependant progressé de 2,4%, à 3,24milliards EUR. Une excellente performance compte tenu de la perte d'un important client allemand dans le segment Fresh à partir du 1ermars 2015, qui représente un manque à gagner de 300millions EUR sur une base annuelle. Au cours des trimestres précédents, la recherche de nouveaux clients et/ou la volonté d'augmenter le CA chez les clients actuels avaient pesé sur l'évolution des cash-flows opérationnels récurrents (REBITDA; -7,4% entre avril et septembre, à 40,8millions EUR). Cependant, le REBITDA a progressé de 8% au 4etrimestre, à 18,8millions EUR. La marge de REBITDA s'est ainsi améliorée de 2,3% à 2,5%. Sur une base annuelle, il en résulte encore une baisse du REBITDA de 3,9%, à 74,3millions EUR, pour le segment Fresh, soit un recul de la marge de REBITDA de 2,4% à 2,3%. Une très bonne nouvelle est l'évolution favorable de la position nette d'endettement, avec une baisse de 17,3% à 190,6millions EUR l'an dernier, soit un recul du rapport entre la dette nette et le REBITDA de 3 à 2,6. Greenyard Foods confirme ainsi la tendance positive amorcée dans les résultats semestriels, avec une augmentation du CA au niveau du groupe de 1,5%, à 1,98milliard EUR. Fresh avait apporté 82,9% du CA total du groupe (1,64milliard EUR; +1,4%), contre 15,2% ou 300millions EUR (+0,8%) pour le segment Prepared (produits surgelés Pinguïn et conserves Noliko) et 1,9% ou 37,2millions EUR (+10,4%) pour Other (Peatinvest; compte parmi les 5 plus grands producteurs de terreau en Europe). Le REBITDA a baissé de 27,4% à 27,5 millions EUR chez Prepared par rapport à un excellent 1ersemestre 2014 (marge de REBITDA de 12,7% à 9,2%), alors que le REBITDA d'Other a progressé de 28,3%, à 4,1millions EUR (marge de REBITDA de 9,5% à 11%). Au niveau du groupe, il en résulte une baisse du REBITDA de 86,3millions EUR à 71,6millions EUR, soit une contraction de la marge de REBITDA de 4,4% à 3,6%. Le bénéfice net a reculé de 23,1millions EUR à 2,2millions EUR. La direction est optimiste concernant la réalisation des synergies prévues et procède déjà à des acquisitions. Univeg a ainsi créé une joint-venture avec Veiling Haspengouw en août 2015, et début 2016, Greenyard Foods a annoncé pour la division Conserves l'acquisition de Lutèce, un groupe néerlandais d'envergure mondiale dans les conserves de champignons. La CEO Marleen Vaesen a racheté 15.000actions à un cours moyen de 13,95EUR. ConclusionUne hirondelle ne fait pas encore le printemps pour Greenyard Foods, mais l'infléchissement positif de la rentabilité d'Univeg au quatrième trimestre est prometteur. De plus, l'endettement évolue favorablement. En cas de confirmation de cette tendance, nous entrevoyons un potentiel haussier suffisant. Nous confirmons dès lors le conseil positif.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B