Le distributeur de fruits et légumes Greenyard a achevé l'exercice 2021/22 (clos le 31 mars) sur une note positive grâce à un 4e trimestre que l'on peut qualifier de bon. Au cours de ce dernier, le chiffre d'affaires (CA) a en effet augmenté de 2,2% à périmètre comparable, à 1,15 milliard d'euros. Le trimestre précédent avait été décevant, avec un CA en baisse de 0,1% en glissement annuel, à 1,06 milliard. Sur l'exercice, le CA comparable s'est accru de 1,4%, à 4,36 milliards d'euros, et le cash-flow d'exploitation récurrent ou Rebitda, de 6,1%, à 166,5 millions, un peu plus haut que l'objectif (165 millions), par rapport à 2020/21. La marge de Rebitda s'est améliorée, passant de 3,6 à 3,8%. Au cours du 1er semestre, Greenyard a vu son CA progresser ...

Le distributeur de fruits et légumes Greenyard a achevé l'exercice 2021/22 (clos le 31 mars) sur une note positive grâce à un 4e trimestre que l'on peut qualifier de bon. Au cours de ce dernier, le chiffre d'affaires (CA) a en effet augmenté de 2,2% à périmètre comparable, à 1,15 milliard d'euros. Le trimestre précédent avait été décevant, avec un CA en baisse de 0,1% en glissement annuel, à 1,06 milliard. Sur l'exercice, le CA comparable s'est accru de 1,4%, à 4,36 milliards d'euros, et le cash-flow d'exploitation récurrent ou Rebitda, de 6,1%, à 166,5 millions, un peu plus haut que l'objectif (165 millions), par rapport à 2020/21. La marge de Rebitda s'est améliorée, passant de 3,6 à 3,8%. Au cours du 1er semestre, Greenyard a vu son CA progresser de 1,8%, à 2,15 milliards d'euros, et son Rebitda passer à 82,6 millions (marge: 3,8%). Le CA comparable du segment Fresh a crû de 0,7%, à 3,6 milliards. Au 4e trimestre, il a augmenté d'un petit 0,1%, à 939,8 millions. Son modèle de partenariat verticalement intégré avec les grands détaillants assure au groupe les trois quarts de son CA. Il lui garantit des volumes et marges plus stables. En dépit du contexte (Covid-19, problèmes d'approvisionnement, guerre en Ukraine, inflation élevée), le Rebitda a augmenté de 7,1%, à 101,9 millions d'euros. La marge de Rebitda a grimpé de 2,6 à 2,8%. Le segment Long Fresh (surgelés Pinguin, conserves Noliko) a pour sa part signé un CA comparable de 755,6 millions d'euros, en hausse de 5,3%. Son Rebitda s'est accru de 5,1%, à 65,8 millions, et sa marge de Rebitda a augmenté de 70 points de base, à 8,3%. La perte financière a diminué de 47,2 à 34,4 millions d'euros grâce à la baisse du niveau d'endettement. Le bénéfice net a bondi de 1,2 à 16,9 millions d'euros (0,32 euro par action). La dette nette hors contrats de location a bien diminué sur l'exercice: elle est passée de 339,9 à 303,6 millions d'euros. Le ratio d'endettement (dette nette/Rebitda), est dès lors passé de 2,9 à 2,4. Greenyard a donc atteint son objectif, un ratio compris entre 2 et 2,5, un an plus tôt que prévu. Les dettes de leasing ont diminué, de 232,9 à 227,8 millions d'euros. En mai, le groupe a annoncé un accord de cession-bail avec un investisseur en immobilier pour sa division Prepared (segment Long Fresh), à Bree. Il entend en consacrer le produit, d'environ 90 millions d'euros, à la réduction et au refinancement, assorti d'échéances plus longues, de sa dette, ainsi qu'à des investissements, conformément à son plan stratégique. Outre l'amélioration de sa collaboration avec les clients, l'élargissement de sa gamme convenience et la conception de nouveaux produits végétaux, il pourra faire des acquisitions et, en principe à compter du prochain exercice, verser un dividende. Greenyard ambitionne aussi d'accroître son CA de 5% par an, au-delà de la barre des 5 milliards d'euros, jusqu'à la fin de l'exercice 2024/25, et d'augmenter le Rebitda de 6 à 7% par an, à 200 à 210 millions d'euros. Pour l'exercice en cours cependant, la direction n'a pas encore émis de prévisions chiffrées.Après la publication de son rapport annuel, le groupe a vu son action s'apprécier de 12% puis perdre ces gains. Ses résultats et sa rentabilité évoluent plutôt bien, malgré le contexte économique difficile. Greenyard a réduit sa dette suffisamment pour pouvoir procéder à de nouveaux investissements. Sa valorisation est attrayante, à 11,1 fois le bénéfice et une valeur d'entreprise (EV) de 5,7 fois le Rebitda attendus pour 2022/23. Conseil: acheter Risque: moyenRating: 1BCours: 7,65 eurosTicker: GREEN BBCode ISIN: BE0003765790Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 394,1 millions EURC/B 2021: 24C/B attendu 2022: 11Perf. cours sur 12 mois: -25%Perf. cours depuis le 01/01: -23%Rendement du dividende: -