Goldcorp, le 4eproducteur aurifère au monde en termes de production, détient dix mines opérationnelles et a en portefeuille plusieurs projets de développement sur le continent américain. En plus de l'or, le groupe établi au Canada produit de l'argent, du cuivre, du zinc et du plomb. L'essentiel de la production vient des États-Unis et du Canada. D'autres actifs se trouvent au Mexique, en Argentine, en République Dominicaine et au Guatemala. La révision à la baisse de la production d'or à 2,8 - 3,1 millions d'onces troy pour les prochaines années est imputable en grande partie à la mine mexicaine de Peñasquito, la plus importante du groupe. Là, au cours des ...

Goldcorp, le 4eproducteur aurifère au monde en termes de production, détient dix mines opérationnelles et a en portefeuille plusieurs projets de développement sur le continent américain. En plus de l'or, le groupe établi au Canada produit de l'argent, du cuivre, du zinc et du plomb. L'essentiel de la production vient des États-Unis et du Canada. D'autres actifs se trouvent au Mexique, en Argentine, en République Dominicaine et au Guatemala. La révision à la baisse de la production d'or à 2,8 - 3,1 millions d'onces troy pour les prochaines années est imputable en grande partie à la mine mexicaine de Peñasquito, la plus importante du groupe. Là, au cours des prochains trimestres, on exploitera de moins riches couches de minerai ("grades" inférieurs). Dans la mine Éléonore, ouverte l'an dernier au Québec également, la production rejoint plus lentement que prévu sa vitesse de croisière. Par ailleurs, le groupe rencontre des problèmes avec le projet Cochenour au Canada, expansion de la mine actuelle Red Lake. Les mines du groupe ont produit au 1ertrimestre un chiffre total de 783.700onces d'or, ce qui représente 8% de plus qu'à la même période un an plus tôt mais 14% de moins qu'au 4etrimestre. Le coût de production total a reculé à 836USD l'once, contre 885USD un an plus tôt. Le repli est notamment imputable à des effets de change favorables et un coût énergétique plus faible. Sur l'ensemble de l'exercice 2015, le coût de production moyen s'élève à 852USD l'once. Pour cette année, Goldcorp prévoit un chiffre compris entre 850 et 925USD. Le maximum des dépenses de capital a été dépassé, et ces investissements baisseront au cours des prochains trimestres. Cette année, le groupe a décidé de deux nouveaux projets, notamment une extension de Peñasquito. Les cash-flows libres étaient négatifs à hauteur de 101millions USD au 1ertrimestre, mais pour l'ensemble de l'année 2016 on table sur au moins 400millions USD sur la base d'un prix de l'or à 1200USD, où toute hausse de 100USD se traduit par une augmentation des cash-flows libres de 288millions USD. Les réserves du groupe ont baissé de 18%, à 40,7millions d'onces, mais ceci est dû à l'abaissement du prix de référence utilisé pour considérer les réserves comme économiquement rentables, de 1300 à 1100USD. Ce chiffre est donc très conservatif, vu la récente hausse du prix de l'or. Goldcorp a clos le 1ertrimestre avec 500millions USD de liquidités et d'investissements, complétés d'une ligne de crédit inutilisée de 2,7milliards USD. À cela s'oppose une dette totale de 2,73milliards USD. Le groupe espère économiser 250millions USD supplémentaires à partir de 2018. La semaine dernière, il a lancé une offre amicale sur Kaminak Gold (qui comprend le projet Coffee Gold) en actions Goldcorp (0,10896action Goldcorp par action Kaminak), une prime de 33%. Les problèmes opérationnels sont propres au secteur et ceci souligne le risque inhérent à une mine d'or. La croissance attendue de Goldcorp est reportée de plusieurs années, même si les bonnes surprises ne sont pas exclues. Goldcorp reste une entreprise financièrement solide et nous pensons que la sous-performance par rapport aux indices boursiers aurifères n'est que temporaire. À 0,9fois la valeur comptable, l'action reste digne d'achat.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B