Une série d'acquisitions avait fait de Goldcorp le quatrième producteur d'or au monde, avant qu'il ne cède une place. Le groupe, dont tous les actifs sont concentrés sur le continent américain, a cessé de se distinguer par sa structure de coûts réduite. Fin 2016, la direction a annoncé un ambitieux programme dit "20/20/20", qui prévoit une augmentation de 20% de la production et des réserves et une réduction identique des coûts.
...

Une série d'acquisitions avait fait de Goldcorp le quatrième producteur d'or au monde, avant qu'il ne cède une place. Le groupe, dont tous les actifs sont concentrés sur le continent américain, a cessé de se distinguer par sa structure de coûts réduite. Fin 2016, la direction a annoncé un ambitieux programme dit "20/20/20", qui prévoit une augmentation de 20% de la production et des réserves et une réduction identique des coûts.L'année fut décevante à quasi tous les égards. Au début, la direction tablait encore sur une production de 2,5 millions d'onces troy, en très léger retrait par rapport à 2017 (2,57 millions), et sur un coût de production de 800 dollars l'once en moyenne. Mais les deux premiers trimestres, en demi-teinte, furent suivis d'un troisième exécrable. La production a cédé plus de 20%, pour atteindre son niveau le plus bas depuis plusieurs années. En dopant les coûts et en pesant sur les cash-flows, cette chute a fait plonger Goldcorp. La production prévisionnelle pour l'exercice a été ramenée à 2,28 millions d'onces troy, cependant que les coûts partaient à la hausse. L'extension de la mine de Peñasquito (Mexique), où la nouvelle installation de traitement a été mise en service six mois plus tôt que prévu, explique ce trimestre décevant - pour être testée, toute nouvelle installation est d'abord alimentée par du minerai à faible teneur en or. Cerro Negro (Argentine) fonctionne elle aussi au ralenti. La production devrait toutefois s'accélérer et les coûts de production, reculer, à l'échelon du groupe, au quatrième trimestre. La révision à la baisse des prévisions annuelles en octobre avait fait tomber l'action à son plus bas niveau depuis 2002.Sur le plan des coûts, les efforts ont été intensifiés. L'objectif de réduction a été porté à 350 millions de dollars, dont 250 millions sont d'ores et déjà réalisés. Le programme est tout aussi chargé sur le plan opérationnel. A Eléonore (Canada), l'achèvement du projet Horizon 5 devrait se traduire par une hausse de la production l'an prochain. A Cerro Negro, l'extension de Mariana Norte aura un effet identique. A Red Lake (Canada), la capacité de traitement a été augmentée. Quant au projet NuevaUnion (Chili), il peut être qualifié de prometteur. Cette joint-venture avec Teck Resources englobe des réserves d'or, de cuivre et de molybdène. L'étude de faisabilité est toujours en cours, le permis d'environnement n'est pas délivré et la construction commencera au plus tôt en 2022. Norte Abierto (Chili; or et cuivre) est une joint-venture à 50/50 avec Barrick Gold. Coffee (nord-ouest du Canada) ne contribuera pas à la production avant 2021 au bas mot. Ces projets doivent en tout cas porter les réserves du groupe à 60 millions d'onces troy en 2021, contre 52,8 millions aujourd'hui.Hors contretemps opérationnels - qui, dans ce secteur, ne sont jamais à exclure -, 2019 ne pourra être que meilleure. Les projets auront une incidence favorable sur la production et sur l'assiette des dépenses. Le cours de l'or devrait en outre continuer à grimper, du moins d'après ce que laissent présager les dernières semaines de 2018. Dans l'hypothèse contraire, les actions minières ne pourraient progresser durablement. Vu les résultats, décevants, des derniers trimestres, la direction va devoir s'atteler à regagner la confiance des investisseurs. A 0,6 fois la valeur comptable, la valorisation est en tout état de cause peu pesante. Conseil: acheterRisque: moyen Rating: 1BCours: 9,5 dollarsTicker: GG USCode ISIN: CA3809564097Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 8,3 milliards USDC/B 2018: 158C/B attendu 2019: 24Perf. cours sur 12 mois: -19%Rendement du dividende: 0,8%