Les résultats boursiers de Glencore sont depuis longtemps inférieurs à ceux de BHP Billiton (BHP) et Rio Tinto, ses grands concurrents. Glencore possède une division minière active dans l'exploitation du cuivre, du cobalt, du charbon, du pétrole, du zinc et du nickel; sa division commerciale, qui vend ses propres matières premières ainsi que celles produites par d'autres, est une des plus importantes au monde.
...

Les résultats boursiers de Glencore sont depuis longtemps inférieurs à ceux de BHP Billiton (BHP) et Rio Tinto, ses grands concurrents. Glencore possède une division minière active dans l'exploitation du cuivre, du cobalt, du charbon, du pétrole, du zinc et du nickel; sa division commerciale, qui vend ses propres matières premières ainsi que celles produites par d'autres, est une des plus importantes au monde.Les raisons du décalage sont multiples. En République démocratique du Congo (RDC), au Venezuela et au Nigeria, le groupe fait l'objet d'enquêtes pour corruption et blanchiment. Alors que BHP et Rio Tinto ont pu bénéficier des prix élevés du minerai de fer, ceux du cobalt, du charbon, du cuivre et du zinc ont baissé, le charbon (-27%) et le cobalt (-57%) ayant été particulièrement affectés. Le cobalt est un sous-produit du cuivre extrait en RDC; or la mine de Mutanda, dont la production de cobalt est la plus abondante au monde, est fermée depuis 2018 pour cause de rentabilité insuffisante. En revanche, les problèmes opérationnels rencontrés au Katanga sont désormais maîtrisés et la production va pouvoir s'étoffer. Glencore achève l'exercice sur un bénéfice opérationnel (Ebitda) ajusté de 11,6 milliards de dollars, soit 26% de moins en un an, mais 10% de plus que le consensus. L'Ebitda de la branche industrielle s'établit à 9 milliards de dollars (-32%); à 2,4 milliards, celui de la division commerciale est stable. Les dépréciations des mines de charbon en Colombie, des actifs pétroliers au Tchad et des activités de cuivre en Afrique ont fait plonger les résultats à concurrence de 0,4 milliard de dollars; sans cela, le bénéfice atteindrait 2,4 milliards (-58% en un an). Les chiffres de 2020 dépendront des répercussions de la crise sanitaire, impossibles à prédire. Depuis 2018, le dividende est formé d'un montant de base d'un milliard de dollars, complété d'au moins 25% des cash-flows disponibles générés par la division industrielle; soit, l'an passé, 2,7 milliards de dollars, à quoi se sont ajoutés 2,3 milliards de dollars en rachats d'actions propres. Les flux de trésorerie devraient reculer en 2020, mais tout dépendra de la rapidité de la reprise économique. En Chine, qui consomme la moitié des matières premières utilisées dans le monde, le pire semble en tout cas passé. Glencore profite de la chute des prix du pétrole et de la hausse du dollar. Nombre de ses dépenses sont acquittées dans la devise du pays producteur, dont la valeur baisse considérablement face au billet vert. L'accroissement des sommes versées aux actionnaires et les acquisitions ont porté l'an dernier l'endettement net à 17,56 milliards (1,5 fois l'Ebitda), un ratio proportionnellement plus élevé que ceux de BHP et de Rio Tinto, mais qui reste gérable. En 2015, la dette était près de deux fois plus lourde. Glencore espère la réduire à 14-15 milliards cette année. A 5 milliards de dollars, les investissements seront pratiquement inchangés, mais le groupe compte à cet effet se délester de plusieurs actifs non stratégiques. Il veut, à terme, ramener son endettement net à une fois l'Ebitda. Glencore, dont la situation financière est bien meilleure qu'à l'époque des crises dans le secteur des matières premières, est capable de résister au choc. Il est impossible de savoir si le plancher est atteint mais après la chute de ces derniers mois, le cours intègre sans doute déjà beaucoup de mauvaises nouvelles. A 0,6 fois sa valeur comptable, le titre est bon marché, le dividende dût-il baisser. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 129,9 penceTicker: GLEN.LNCode ISIN: JE00B4T3BW64Marché: London Stock ExchangeCapit. boursière: 17,8 milliards GBPC/B 2019: -C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: -55%Perf. cours depuis le 01/01: -46%Rendement du dividende: 12,5%