Après plusieurs années de vaches maigres, la société d'investissement a repris le bon rythme l'an dernier. L'équipe de direction prend des participations dans des entreprises jeunes et prometteuses, et les revend au moment opportun, de préférence en réalisant une plus-value confortable. Au cours de la période 2012-2014, cela ne lui avait pas vraiment réussi, et le rendement sur fonds propres a continué de fluctuer autour du point de congélation. Depuis l'an dernier, la direction peut à nouveau présenter des rendements confortables. Au 1ersemestre de cette année (d'avril 2015 à mars 2016), le rendement sur fonds propres est ressorti à environ 12%, ce qui est co...

Après plusieurs années de vaches maigres, la société d'investissement a repris le bon rythme l'an dernier. L'équipe de direction prend des participations dans des entreprises jeunes et prometteuses, et les revend au moment opportun, de préférence en réalisant une plus-value confortable. Au cours de la période 2012-2014, cela ne lui avait pas vraiment réussi, et le rendement sur fonds propres a continué de fluctuer autour du point de congélation. Depuis l'an dernier, la direction peut à nouveau présenter des rendements confortables. Au 1ersemestre de cette année (d'avril 2015 à mars 2016), le rendement sur fonds propres est ressorti à environ 12%, ce qui est conforme au rendement que les actionnaires espéraient de Gimv. Il ressort du trading update relatif aux neuf premiers mois de l'année que Gimv ne peut pas poursuivre pleinement sur cette voie. Les fonds propres ont progressé sur les trois derniers mois de 43,09EUR (au 30septembre 2015) à 43,66EUR (au 31décembre 2015), ce qui revient à un return de 1,3%, soit un bon 5% en rythme annuel. Ce rendement est essentiellement attribuable aux meilleures performances des entreprises en portefeuille et donc à la valeur plus élevée des participations en portefeuille. Gimv a vendu au 3etrimestre des participations dans Xeikon et Essar Ports (l'un des plus importants opérateurs portuaires d'Inde), mais la seule vente de Xeikon a renforcé les fonds propres de Gimv de 0,09EUR par action. Aux prochains trimestres, on peut prévoir des ventes plus lucratives parce qu'une partie du portefeuille est prête pour la récolte. Les taux faibles et la conjoncture encore favorable en Europe soutiennent les prix de vente. Les investisseurs paient actuellement 8fois le cash-flow opérationnel (EBITDA), alors que les participations en entreprises sont comptabilisées dans les livres de Gimv à 6fois l'EBITDA. Cet écart de valeur apparaît lorsque Gimv vend les participations. Sur les neuf premiers mois de l'année, Gimv a désinvesti à hauteur de 194millions EUR. Elle a vendu ces participations 39% au-delà de la valeur comptable, ce qui représente 1,2fois la valeur d'achat. Pour pouvoir récolter à l'avenir, il faut semer en permanence. Au cours des trois derniers mois, Gimv a donc investi 40,9millions EUR. Elle a acheté une participation majoritaire dans Benedenti, l'un des plus grands cabinets multidisciplinaires de Flandre. Elle a également investi dans Brakel, leader de marché depuis 35ans au Benelux et au Royaume-Uni dans les solutions de luminosité naturelle, de systèmes de ventilation et de sécurité incendie pour les bâtiments commerciaux et industriels. Enfin, GIMV a investi en outre 12,5millions EUR dans Equipe Zorgbedrijven, un groupe indépendant en forte croissance actif dans les cliniques spécialisées aux Pays-Bas. Après investissements, elle disposait encore d'une trésorerie nette généreuse de 191millions EUR sur un total bilantaire de 1,15milliard EUR. ConclusionLe portefeuille de GIMV est à vendre à sa valeur comptable, ce qui est intéressant vu la valorisation assez conservative et les bonnes prestations opérationnelles des entreprises en portefeuille. Si l'économie ne déraille pas, GIMV peut maintenir son return annuel sur fonds propres au-delà de 10%, ce qui garantit un rendement de dividende de 6%. Conseil : digne d'achatRisque : faibleRating : 1A