La société d'investissement surmonte la crise plus facilement que prévu. Au terme du premier semestre de son exercice décalé (du 1er avril au 30 septembre), son portefeuille affichait un rendement de 12%, soit un résultat de 122 millions d'euros. Sur une base annuelle, le rendement atteint 24%, bien au-dessus de sa moyenne à long terme. Le bénéfice s'établit à 3,67 euros par action.
...

La société d'investissement surmonte la crise plus facilement que prévu. Au terme du premier semestre de son exercice décalé (du 1er avril au 30 septembre), son portefeuille affichait un rendement de 12%, soit un résultat de 122 millions d'euros. Sur une base annuelle, le rendement atteint 24%, bien au-dessus de sa moyenne à long terme. Le bénéfice s'établit à 3,67 euros par action. Une grande partie de ce résultat s'explique par le redressement des marchés boursiers qui a suivi la violente chute des mois de février et mars - Gimv n'avait elle non plus pas échappé au phénomène, comme en témoigne le tassement de 10% sur lequel le rendement de son portefeuille a achevé l'exercice précédent. Le résultat actuel doit être vu à la lumière de ce krach. Sur les 122 millions d'euros de rendement, 71 millions résultent de la revalorisation des participations engendrée par la remontée des marchés boursiers: si les résultats opérationnels des entreprises détenues se sont légèrement détériorés, les dégâts sont restés limités et la valorisation du portefeuille est demeurée très raisonnable. Les participations représentent en moyenne 7,5 fois le cash-flow opérationnel, ce qui n'est pas excessif pour un portefeuille jeune qui fait relativement bien face à la crise. Les 51 millions d'euros restants sont des dividendes perçus et des plus-values réalisées sur la cession d'un certain nombre de participations, dont la plus remarquable est celle de Contraload, leader européen du marché de la mise en commun de conteneurs en plastique: Gimv a vendu 3,3 fois plus cher qu'il n'avait acheté.Côté achats, le rythme se maintient. La société cotée sur Euronext Bruxelles a investi au premier semestre plus de 100 millions d'euros, entre autres dans le producteur de systèmes de télécommunication Televic. Etonnamment peut-être, la crise n'est pas véritablement génératrice d'opportunités: suffisamment financées, les sociétés de capital-risque continuent de surenchérir pour acquérir les meilleures entreprises. Gimv s'attend néanmoins à voir se multiplier les transactions l'année prochaine, car la conjoncture incite de nombreuses directions à examiner sous un angle plus radical leurs options stratégiques. La vente est une de ces options. Gimv pourrait donc renforcer son portefeuille par des acquisitions ciblées; son trésor de guerre de 300 millions d'euros le lui permet.Reste à voir quels dégâts l'actuelle deuxième vague de coronavirus pourrait occasionner mais vu les résultats encourageants des six derniers mois, la direction se montre confiante: "La deuxième vague n'est pas un deuxième confinement économique. Il n'y a pas davantage de crise financière", a déclaré Koen Dejonckheere, son CEO. Les entreprises détenues ont en tout cas fait preuve de résilience; pour les trois quarts d'entre elles, les prévisions sont aujourd'hui meilleures qu'en juin. "Septembre et octobre ont été des mois fantastiques pour nombre des entreprises en portefeuille, ce qui nous permet de traverser aisément novembre et décembre. Treize de nos vingt principales participations annoncent une croissance de leur chiffre d'affaires pour cette année", poursuit le CEO.Gimv traverse la crise plus facilement qu'on aurait pu le craindre. Les résultats des entreprises détenues sont encourageants. Le portefeuille a été revalorisé dans le sillage de la reprise boursière, mais le chiffre de 7,5 fois le cash-flow opérationnel reste raisonnable. Le rendement en dividende (5%) est intéressant. Nous relevons notre conseil. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 50,50 eurosTicker: GIMB BBCode ISIN: BE0003699130Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,28 milliard EURC/B 2019: -C/B attendu 2020: 10Perf. cours sur 12 mois: -10%Perf. cours depuis le 01/01: -10%Rendement du dividende: 5%