"Un croisement entre Ablynx et IBA", dit Koen Dejonckheere, le CEO de Gimv, de l'entreprise biotechnologique Camel-IDS, dans laquelle sa société investira, initialement, sept millions d'euros. Comme Ablynx, Camel-IDS utilise les anticorps des camélidés; mais au lieu de les convertir en médicaments, elle en fait des véhicules chargés d'amener les radio-isotopes à bon port. Gimv entend participer au tour de table suivant également, du moins si la prometteuse spin-off parvient à poser les prochains jalons de son évolution. L'investisseur privé, qui n'est pas en mesure de se positionner si tôt dans le cycle de développement d'une biotech, peut, en investissant dans Gimv, monter indirectement à bord.
...

"Un croisement entre Ablynx et IBA", dit Koen Dejonckheere, le CEO de Gimv, de l'entreprise biotechnologique Camel-IDS, dans laquelle sa société investira, initialement, sept millions d'euros. Comme Ablynx, Camel-IDS utilise les anticorps des camélidés; mais au lieu de les convertir en médicaments, elle en fait des véhicules chargés d'amener les radio-isotopes à bon port. Gimv entend participer au tour de table suivant également, du moins si la prometteuse spin-off parvient à poser les prochains jalons de son évolution. L'investisseur privé, qui n'est pas en mesure de se positionner si tôt dans le cycle de développement d'une biotech, peut, en investissant dans Gimv, monter indirectement à bord.Gimv est du reste pour lui l'une des rares possibilités d'investir en Bourse dans du capital-risque dans un objectif de rendement. Les résultats du premier semestre de l'exercice 2018-2019 (du 1er avril au 30 septembre) confirment que Gimv profite d'une conjoncture favorable et d'une stratégie d'investissement pertinente. Le rendement du portefeuille s'établit à 17%, soit un peu plus que l'objectif de long terme (15%). Déduction faite des frais de gestion et compte tenu d'une trésorerie relativement abondante (plus de 300 millions d'euros), le rendement net sur fonds propres s'établit à 10% en base annuelle, soit un bénéfice de 63 millions d'euros, ou de 2,46 euros par action.Gimv va donc acter, pour la sixième année consécutive, des rendements sur fonds propres d'une dizaine de pour cent. Le bénéfice du semestre écoulé se compose pour plus de 50% de plus-values et pour le reste, d'une appréciation du portefeuille, qui elle-même s'appuie sur des fondamentaux sains. Les cash-flows opérationnels des entreprises détenues ont augmenté de 10% et leur chiffre d'affaires, de 9%, en moyenne. Gimv souligne la "jeunesse" du portefeuille, dont les participations ont 3,6 ans en moyenne, ce qui laisse de la place pour des appréciations - d'autant qu'elle mène une politique prudente. Le portefeuille est valorisé à 7,4 fois le cash-flow opérationnel en moyenne; c'est plus que le ratio de 7,1 atteint à la fin du dernier exercice, mais correct. N'oublions pas néanmoins qu'une correction contraindrait Gimv à revoir ces valorisations à la baisse.La surchauffe du marché du capital-risque ne peut davantage être perdue de vue. La suroffre, combinée aux crédits bon marché, propulse les valorisations vers des niveaux records. Les nouvelles transactions sont valorisées à 10 fois le cash-flow opérationnel, soit plus qu'en 2007, lorsque le cycle avait atteint son dernier sommet. Il devient donc difficile d'approcher les 15% de rendement, et ça le serait plus encore si la conjoncture devait s'essouffler. Gimv paie actuellement 8 à 9 fois le cash-flow opérationnel pour ses nouveaux investissements, mais limite la facture pour les participations liées aux entreprises d'ores et déjà en portefeuille. Cette stratégie ciblée lui permet d'éviter les désillusions. "Nous préférons payer un peu plus pour une entreprise de qualité qui a du potentiel; 10% de croissance du cash-flow opérationnel, cela a un coût", conclut Koen Dejonckheere.Poursuivant sur sa lancée, Gimv offre à l'investisseur un rendement sur fonds propres de quelque 10%. Son portefeuille est jeune, prometteur et très raisonnablement valorisé. Un ralentissement de la Bourse et de la conjoncture pourrait la desservir, mais sa valorisation compense largement ce risque. Nous conseillons toujours de conserver le titre.Conseil : conserverRisque : moyen Rating : 2BCours : 48 eurosTicker : GIMB BBCode ISIN : BE0003699130Marché : Euronext BrusselsCapit. boursière : 1,22 milliard EURC/B 2017 : 10C/B attendu 2018 : 10Perf. cours sur 12 mois : -6%Perf. cours depuis le 01/01 : -5%Rendement du dividende : 5,1%