Les turbulences de l'économie et de la Bourse n'ont pas épargné Gimv: sur le premier semestre de son exercice (courant du 1er avril au 30 septembre), la société d'investissement a enregistré une perte nette de 75 millions d'euros, soit 2,8 euros par action. Ses fonds propres ont diminué de 5,7%, à 47,6 euros par action; logique, car le portefeuille a enregistré un rendement de -3,5% sur la période, surtout du fait de l'endettement croissant des sociétés du portefeuille, qui ont besoin de fonds de roulement supplémentaire pour développer les ventes. Mais cette performance est loin d'être désastreuse: sur 2020-2021 et 2021-2022, les rendements respectifs étaient encore de 27% et 20,4%. L'ambition de Gimv - un rendement moyen de 15% sur le cycle - r...

Les turbulences de l'économie et de la Bourse n'ont pas épargné Gimv: sur le premier semestre de son exercice (courant du 1er avril au 30 septembre), la société d'investissement a enregistré une perte nette de 75 millions d'euros, soit 2,8 euros par action. Ses fonds propres ont diminué de 5,7%, à 47,6 euros par action; logique, car le portefeuille a enregistré un rendement de -3,5% sur la période, surtout du fait de l'endettement croissant des sociétés du portefeuille, qui ont besoin de fonds de roulement supplémentaire pour développer les ventes. Mais cette performance est loin d'être désastreuse: sur 2020-2021 et 2021-2022, les rendements respectifs étaient encore de 27% et 20,4%. L'ambition de Gimv - un rendement moyen de 15% sur le cycle - reste intacte. Les sociétés du portefeuille affichent de bons fondamentaux. "La Bourse pique du nez, mais pas nos entreprises", a déclaré le CEO, Koen Dejonckheere. Le chiffre d'affaires (CA) des sociétés du portefeuille a en effet augmenté de 24%, dont 10% de croissance organique. Cette croissance plus rapide que le marché n'empêche pas ces sociétés de subir la forte hausse des coûts, qui se traduit par une pression sur les marges et un cash-flow d'exploitation globalement stable malgré la hausse du CA.Le deuxième semestre ne devrait pas apporter de franche amélioration. Les prix énergétiques restent élevés et les coûts de main-d'oeuvre augmentent deux fois plus vite en Belgique que dans les pays voisins. Cependant, les prix des matières premières sont en baisse et la plupart des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement se sont résorbés. Gimv s'attend à un ralentissement de la croissance du CA de ses participations, qui auront aussi du mal à défendre leurs marges. "L'évolution de 2023 dépendra largement des consommateurs, dans un contexte de crise énergétique. Si les ménages continuent à consommer, la récession devrait rester légère", affirme M. Dejonckheere.A long terme, la création de valeur, pour Gimv, dépend de la performance des sociétés du portefeuille. Depuis 2014, la société d'investissement a vendu pour 1,7 milliard d'euros de participations, pour 555 millions d'euros investis. 81% de la plus-value de 1,145 milliard d'euros est due à l'amélioration des résultats des entreprises, et seulement 16% à la hausse des valorisations. "Notre stratégie ne consiste pas à acheter bon marché et vendre cher. La valeur, nous la puisons dans la croissance", affirme le CEO. La valeur comptable du portefeuille de Gimv représente en moyenne de 8,7 fois le cash-flow d'exploitation. Cette valorisation très juste laisse une marge pour des plus-values importantes lors des prochaines cessions. Gimv a beaucoup investi ces dernières années, si bien que sa position de trésorerie nette a fondu, à 160 millions d'euros. "Petit à petit, nos fonds propres sont entièrement mobilisés. Bientôt, nous financerons également de nouveaux investissements avec le produit des désinvestissements", explique Koen Dejonckheere. Gimv n'échappe pas au climat boursier maussade et aux conditions économiques difficiles, mais les fondamentaux du portefeuille sont bons. Le CA des participations continue de croître et le cash-flow d'exploitation se maintient. Ce portefeuille récent et prometteur est très justement valorisé et offre un potentiel de désengagements lucratifs. L'action peut être achetée avec une décote de 10% par rapport à une valorisation prudente du portefeuille; nous en recommandons donc toujours l'achat.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 42,5 eurosTicker: GIMB BBCode ISIN: BE0003699130Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,16 milliard EURC/B 2021-2022: 9C/B attendu 2022-2023: -Perf. cours sur 12 mois: -22%Perf. cours depuis le 01/01: -21%Rendement du dividende: 6%